lundi 15 avril 2013

Eye of the Crow: The Boy Sherlock Holmes, His 1st Case de Sheane Peacock (Broché, anglais, Tundra Books, 264 pages, pour adolescent, 2007)

Grand admirateur de Conan Doyle et de Sherlock Holmes en particulier, je n'ai pu résister à lire un ouvrage dont l'ambition est de nous conter la genèse de ce personnage légendaire. Ayant dévoré beaucoup de livres pastiches ou apocryphes (comme l'excellent The Seven-Per-Cent Solution: Being a Reprint from the Reminiscences of John H. Watson, M.D. de Nicholas Meyer) , je n'avais rien lu de tel.

Ce livre nous raconte la jeunesse de Sherlock Holmes, dans un quartier pauvre de Londres (dont Whitechapel qui rappelle Jack L'éventreur). L'ambiance de cette ville à cette époque ( les années 1860) est bien retranscrite mais c'est le seul point positif. Non le choix que Sherlock ait des origines juives mais que, comme par hasard, il se voit défendre et innocenter une personne d'origine arabe comme en écho du conflit Israélo Palestinien. Sherlock est pauvre ? Le vilain est ... riche (ce ne sera pas le seul cliché). Oppositions simplistes et symbolisme facile qui affaiblissent l'ensemble. L'auteur essaye peut être de faire passer des messages mais je doute de leur portée même si l'intention est louable.

Des personnages récurrents du monde Holmésien sont conviés comme  le jeune Lestrade ou en clin d’œil comme le prénom Irène (mais il ne s'agit pas d'Irène Adler), seul amour inabouti du jeune Holmes comme en écho à celui, plus tard, avec I. Adler.

L'intrigue est assez moyenne et ne m'a pas enchanté du tout et j'ai eu plus l'impression de lire du Dickens que du Conan Doyle. L'esprit analytique de Sherlock est mal mis en valeur comme sa décision (sic) qu'il n'aura plus d'émotion (car se marie mal à l'esprit de déduction et à la maitrise du déroulement de ses plans). J'ai un peu de mal à croire que cela se décide.

Il s'agit du premier volume d'une série. Je ne compte pas abandonner pour autant, c'est dire le pouvoir de séduction de Sherlock sur moi (y compris l'excellente transposition à notre époque de la série télévisuelle britannique "Sherlock").

Note : 5/10.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire