mercredi 8 mai 2013

Ce jour là de Willy Ronis

Ce jour là de Willy Ronis (Folio, 193 pages, 2006)

Un livre passionnant de bout en bout, où nous côtoyons des photos qui ont  été exposées, imprimées, qui ont servi de carte postale, sur des t-shirts, et un texte d'accompagnement, très personnel voire intime, décrivant ce qu'a ressenti le célèbre photographe ... ce jour-là.

Des textes d'une grande sensibilité, qui révèlent un don d’observation très sûr du monde, de son environnement et même d'un amour tendre pour les autres. C'est très certainement cette douceur et cette curiosité qui en ont fait un photographe si réputé. Bien sûr il y a également la technique mais il l'a tellement intégrée que cela fait partie de lui, comme de savoir conduire, et il peut se concentrer sur l'essentiel : savoir saisir au mieux un instant unique.

Willy Ronis nous fait ressentir le temps d'une époque révolue, d'un Paris qui n'est plus  et cet ouvrage baigne d'une nostalgie poétique et touchante.

Il dit qu'il n'est pas romancier, car il ne peut inventer. Et pourtant son style épuré, ses textes où il dévoile ses émotions sont un régal.

Parfois avant de saisir un instant, comme le cas du monsieur avec ses valises au pied d'un escalier, il s'invente une histoire d'où il ressort qu'il a une imagination de romancier justement. Il lui arrive d'apprendre, beaucoup plus tard, que ce n'était pas cela du tout dont il s'agissait, alors je me dis qu'en faisant de la photo je devrais moins me concentrer sur la technique et être plus proche de sa façon d'appréhender son environnement.

Ce livre ne décrit pas la technique photographique mais le côté humain du photographe, sa pensée, sa démarche, un état d'esprit. Et celui de Willy Ronis est particulièrement touchant. Ayant plutôt lu des livres techniques sur la photographie, je me rends compte que ce type d'ouvrage est un complément indispensable.

Un enrichissement dont il serait dommage de se passer. Il m'a fait changer d'avis sur l'importance des bords de cadre (Photo Île de la Réunion, 1990, page 30) que, pour ma part, j'évitais.

Cet ouvrage mi-photo mi-texte m'a ravi, une lecture délicieuse et un plaisir des yeux pour ceux qui aiment la photo mais aussi pour tous les autres, ce qui n'est pas le moindre de ses atouts.

"Juste avant, il n'y avait rien, et juste après, il n'y avait plus rien. Alors il faut toujours être prêt".
Un grand merci à Jean-François de me l'avoir fait découvrir !

Note : 10/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire