samedi 25 mai 2013

Inferno de Dan Brown

Inferno de Dan Brown (Lu en anglais, AA Automobile Association, 528 pages, 2013)


Une nouvelle aventure de Robert Langdon. Après Angels & Demons, le Da Vinci Code, et The Lost Symbol voilà Inferno !!

Un thriller calibré, une course poursuite, une "chasse au trésor" au travers de monuments historiques réputés, d'éléments d'architecture "à ne pas rater", des secrets d'Histoire, de villes emblématiques. Et c'est Florence qui a été choisie pour la plus grande partie du roman cette fois ci (The Lost Symbol c'était Washington). En somme un guide du routard écrit par Jason Bourne.

C'est la première fois que j'utilise Google Street view pour visiter (virtuellement) la ville en même temps que notre héros. Ou la recherche des tableaux et œuvres citées. Avec le numérique il serait même possible de modifier le livre et d'y insérer les illustrations et se composer sa version personnelle.

En plus, cela tombe bien, je lis La Divine Comédie, lentement car ce sont des vers anciens avec des références nombreuses et variées. (Je comptais le finir avant Inferno. Perdu).

Bien sûr il y a une héroïne, belle (no kidding), avec un QI > 200 (ok, pourquoi pas), qui maîtrise le Dim Mak (ben voyons), et, Ô surprise, une situation sociale compliquée qui la pousse à faire cause commune avec notre héros. Pratique, non ?


Mais les apparences sont parfois trompeuses ... comme souvent  toujours avec Dan Brown. Et justement nous nous y attendons et cela surprend moins.

Étonnamment il y a quelques redondances ... d'expression, de situations, de description. Bon.

Mais voilà j'aime bien, cette quête alambiquée, avec des drones, des équipes d'intervention suréquipées,  mélangée à un cours d'histoire géographie nimbé d'ésotérisme, de symbologie  ... et d'art dont l'ouvrage de Dante (la partie enfer) au cœur de l'intrigue, tout cela m'amuse beaucoup et c'est très divertissant.

Les fans de Dan Brown ne seront pas déçus et pour les autres cela ne changera pas grand-chose.

Si vous ne voulez pas d'indice sur l'intrigue ne lisez pas plus loin !

Un côté wikipédia pour le réchauffement climatique avec ses graphiques ou qui rappelle Al Gore si vous préférez (An inconvenient truth) pour l'air du temps. Ah si, également la surpopulation, un sujet difficile, tabou d'une certaine manière, qui fait écho au livre d'Yves Paccalet "L'humanité disparaîtra, bon débarras".


Cela rappelle par certains aspects le film "The Game", aussi le film "Moonraker" qui est d'ailleurs cité dans Inferno et le livre "La mort blanche" de Franck Herbert. Il y en aurait d'autres. D'autres qui font froid dans le dos comme Collapse de Jared Diamond, BioHazard de Ken Alibek et l'ouvrage Les décisions absurdes.

C'est de l'anglais facile qui se lit avec entrain, peu de temps mort et des rebondissements en veux-tu en voilà. Même si Dan Brown peine à se renouveler et qu'il arrive de plus en plus difficilement à sortir de ses recettes, j'ai tout de même pris grand plaisir à le lire. Cela fait réchauffé mais les points de vue exposés et les sujets abordés en particulier sur la génétique dans un thriller grand public interpelle sur des sujets complexes y compris d'un point de vue moral et c'est ce qui fait tout l'intérêt de ce livre d'aventure sous stéroïdes.

Un bon roman d'été !

Note 8/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire