lundi 6 mai 2013

Malavita de Tonino Benacquista

Malavita de Tonino Benacquista (Lu en kindle, poche, Gallimard, 384 pages,  2005)

Finalement je n'ai pas résisté longtemps à découvrir un autre ouvrage de Benacquista et je n'ai pas été déçu du tout. C'est enlevé, l'histoire réserve des surprises assez inattendues (je n'avais pas lu la quatrième de couverture, juste sur les conseils d'une amie et sur la note amazon ... j'aime bien ne pas trop savoir avant de lire une histoire).

C'est assez drôle voire truculent ! Une famille d'américains emménage dans un petit village de Normandie. Une famille normale, voire banale, avec ses petits soucis familiaux et puis en assez peu de temps (quelques chapitres seulement) ça dérive assez fort ... Puis nous découvrons petit à petit les raisons de ce déménagement. Ce serait vraiment dommage d'en dire plus, cela gâcherait les surprises et c'est un des ressorts de la construction de l'histoire.Un peu comme Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, ce serait dommage de raconter. Évidement cela ne me facilite pas la tâche pour en parler.

Autant Benacquista explorait le désir dans Homo erectus autant il explore ici le bien et le mal, la liberté, les contraintes, la justice, la violence. En renversant souvent les rôles. Avec un humour noir délicieux (Belle jouant au tennis avec deux garnements, Fred dévasté de perdre son œuvre ...).

Et toujours ce don d'observation de nos travers et cette distance ironique que j'apprécie.

Deux extraits qui sont loin de refléter l'ensemble :
Sans le savoir, Fred vérifiait un théorème universel, qu'il se formula en ces termes : dès qu'un con essaie d'allumer un feu quelque part, il y en a quatre autres pour lui expliquer comment s'y prendre.

Al Capone disait toujours : "On obtient plus de choses en étant poli et armé qu'en étant juste poli."

Un livre plein d'entrain et mouvementé, que j'ai à peine lâché. Éminemment sympathique.

Note : 8/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire