dimanche 9 juin 2013

La malédiction du cloporte

La malédiction du cloporte et autres histoires de parasites de  Christine Coustau et Olivier Hertel (Points Sciences, 183 pages, 2008)


Un livre accessible qui nous fait découvrir le monde des parasites mais également la profonde complexité de la nature, sa richesse, son inventivité, et la recherche constante de la Vie pour exister et surtout survivre.

Très enrichissant, nous fait comprendre par de multiples exemples la diversité du parasitage, les stratégies employées, et surtout des principes simples comme d'éviter à tout prix l'éradication rapide et complète d'un parasite, car ce n'est tout simplement pas, en général, possible, il subsiste toujours un petit nombre de parasites, dits résistants, qui étant maintenant devenu majoritaires vont rendre caduque la stratégie d'élimination. L'exemple dans le livre sur l'élevage des mini tortues est édifiant, les éleveurs, pour un gain à court terme, ont rendu résistants les parasites qu'ils cherchaient à détruire.

Il est possible de ressentir l'extrême richesse et complexité de ces écosystèmes, leurs interconnexions, leurs interdépendances et donne une idée nouvelle sur la nature (en tout cas pour moi qui ne suis pas du métier de près ou de loin). Des exemples pertinents, du Coucou, en passant par des maladies connues (choléra, peste) mais aussi les plus récentes variantes de la grippe où vous apprendrez les HxNx qui peuvent aller du H1N1 à la plus récemment médiatisée : la variante H5N5.

Les connaissances de base de la biologie sont suffisantes pour appréhender ce livre, l'ADN, l'ARN, les gènes, la symbiose, les gamètes, les OGM etc. mais aussi d'autres concepts qui sont brièvement rappelés.

La nature, inventive,  a créé la castration chimique, les psychotropes modifiant les comportements (les fourmis par exemple) et les transgenres (peu souhaités par les individus ...) et les parasites utilisent ces différents outils à leurs fins.

De courts chapitres illustrant divers parasites, leurs variétés, leurs spécificités, de la symbiose à la parthénogenèse, le tout dans un langage accessible, clair, assumant un anthropocentrisme plus là pour illustrer et aider à comprendre et qui ne nuit pas à la vue purement scientifique du biologiste, une préface expliquant les choix faits entre la biologiste et le journaliste pour en faire un ouvrage de vulgarisation dont le but est d'éclairer sur un sujet, les parasites, de prime abord peu attrayant. Ce serait une erreur, ce livre est une merveille et rend compte des principes de base de la vie au sens large et peut apporter un nouveau regard sur l'Homme comme dans cet extrait :

../.. Car un homme c'est aussi tout ça, plus mille milliards de micro-organismes indispensables appartenant à plus de cinq cents espèces différentes, logées dans son seul intestin. Cette collection d'intrus, appelés "microbiote" par les scientifiques et flore intestinale pour le reste de l'humanité, peut représenter jusqu'à 1,5 kg de notre propre poids total. Donc 1,5 kg de la matière que nos jambes soutiennent tous les jours ne nous appartient pas. Et l'on attrape le vertige en apprenant que les gènes de ce microbiote sont cent fois plus nombreux que l'ensemble de nos gènes humains. Nous, le singe nu (1), bête pensante et morale, autoproclamé sommet de l'évolution, ne sommes en fait composés que d'un tout petit pourcentage de gènes ... véritablement humains.
(1) Note personnelle : fait penser au livre "Le singe nu" de Desmond Morris.

Les OGM qu'ils soient de la nature ou par le fait des humains sont également abordés (sans l'aspect politique/idéologique/économique) mais donne des éléments de réflexion indispensables. Les stratégies à court terme véhiculées souvent par un ultra-libéralisme dont l'objectif premier est le profit sont remises en question, tout au moins lorsqu'il s'agit du vivant.

Certains aspects de cet ouvrage sont glaçants tant l'ingéniosité des parasites pourrait nous mener à l'extinction ... N'est pas abordé la brevetabilité du vivant ni les monstruosités créées par l'être humain comme les graines dont la descendance est infertile, dont le but mercantile est clairement affiché, ce qui pour moi relève d'un crime contre l'humanité.

Un tout petit chapitre à la fin fait le pont avec les virus informatiques dont les parallèles avec les parasites et la course aux armements incessante en fait une comparaison tout à fait juste.

Un livre très intéressant accessible à tous. Indispensable.

Note : 10/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire