dimanche 30 juin 2013

Le spectre d'Alexandre Wolf de Gaïto Gazdanov

Le spectre d'Alexandre Wolf de Gaïto Gazdanov (Viviane Hamy, 154 pages, mars 2013)

Incipit :

Rien n'a autant pesé sur mon existence que le meurtre, unique, que j'ai commis : son souvenir ne m'a pas concédé une journée qui ne fût marqué par le regret.
Lors de la guerre civile de 1917 en Russie un homme en tue un autre. Pas de témoin, légitime défense, la guerre. Et pourtant ce meurtre va hanter le narrateur et avoir une incidence sur le reste de ses jours.

Un belle couverture, d'un rouge qui attire l’œil encadrant une très belle photo noir et blanc illustrant à merveille le thème annoncé par le titre.

Une reliure cousue qui souligne une édition soignée et qui met bien en valeur un texte lumineux qui n'est pas sans rappeler un auteur que j'apprécie beaucoup dans ses descriptions de l'indicible, des tourments de l'âme et des sentiments, Stefan Zweig.

La vie nous a été donnée à la condition formelle de la défendre résolument jusqu'à notre dernier souffle. 

Si on réfute la mort, on ne peut connaître le bonheur, car on n'a plus la capacité d'apprécier la valeur des meilleurs moments de l'existence, de comprendre qu'ils ne reviennent jamais, qu'on doit les savourer dans l'instant et dans leur infinie complétude.

Une belle écriture avec un style soutenu sur la mort, les illusions de la vie, l'existence, un roman psychologique qui décrit merveilleusement les états d'âmes, les interrogations et les illusions, nombreuses, qui parsèment notre vie et d'une certaine manière la mènent. La mort, omniprésente, à peine égarée lors des passages tout en finesse d'une rencontre amoureuse, pousse à s'interroger sur l'existence et son sens.

Un très beau roman, plein de sensibilité, que je conseille vivement, la mort, l'amour, la vie en somme. Merci à Lysa de nous l'avoir présenté. Excellent choix.

La postface qui raconte la destinée de l'auteur, Gasdanov, et la redécouverte de son œuvre oubliée un temps permet de mieux appréhender le texte sous un angle plus personnel.

Note : 9,5/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire