dimanche 16 juin 2013

Le troisième mensonge d'Agota Kristof

Le troisième mensonge d'Agota Kristof (Points, 1991, 163 pages)

Incipit :

Je suis en prison dans la petite ville de mon enfance.
Ce n'est pas une vraie prison, c'est une cellule dans le bâtiment de la police locale, un bâtiment qui n'est qu'une maison comme les autres maisons de la ville, une maison à un seul étage.

Le dernier chapitre de la trilogie qui recèle une révélation remettant en perspective l'ensemble. Cette trilogie forme un tout indissociable et finit en tragédie familiale (oui on le pressentait, mais là c'est pire) toujours sur fond de pays communiste.

Une conclusion qui se focalise plus sur la destinée des jumeaux, l'histoire de leur famille, et moins sur l'environnement idéologique, néanmoins toujours présent en filigrane. En dire plus serait dévoiler le ressort principal de ce troisième volet. Disons que si vous avez lu et apprécié les deux précédents, lire ce dernier volet va de soi.

Une trilogie forte, marquante, qui ne vous laissera pas indifférent. Mérite d'être lu.


Note : 9/10.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire