vendredi 12 juillet 2013

La plume de l'ours de Carole Allamand

La plume de l'ours de Carole Allamand (Stock, 392 pages, 2013)

Incipit :

La soirée était douce pour une fin de novembre et de longs nuages roses s'effrangeaient au-dessus de Brooklyn. Il était près de cinq heures lorsque Carole Courvoisier parvint à l'angle de Mercer Street et de la 8è Rue.

Un mystère entoure un écrivain, Camille Duval, et offre à une spécialiste littéraire, Carole Courvoisier, l'occasion de mener des recherches approfondies sur le changement de style notable de celui-ci à un moment de sa carrière.

Mené comme une enquête policière, avec interrogation de témoins, études de documents et divers voyages, ce roman est une bonne surprise. Il me rappelle le milieu gentiment brocardé par David Lodge sur les universitaires et offre au lecteur quelques observations moqueuses sur les arrangements, les manies voire les coups bas de ce milieu littéraire. Au regard du final cela n'en est que plus jouissif !! Quelques moments assez drôles comme le déclenchement de l'extinction incendie parce que la narratrice fume dans son bureau et l'ampleur toute américaine des conséquences.

L'auteure qui connaît bien la Suisse et les États-Unis  en profite pour décrier quelques travers de ces deux contrées et permet de s'amuser de certains excès comme le French bashing.

Une fin savoureuse que je m'en voudrais de dévoiler mais qui conclut parfaitement l'ensemble de ce roman bien écrit et agencé.Il faisait partie de la liste du prix Emmanuel Roblès, je l'avais d'ailleurs acheté ce jour là, et j'ai pu avoir une dédicace de Carole Allamand, très sympathique. Merci pour cette lecture ! Bravo pour ce premier roman.

Note : 9/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire