samedi 31 août 2013

La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jérusalmy

La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jérusalmy (Actes Sud, 316 pages, 2013)

Incipit :

La face rougeaude du gardien surgit dans la lucarne. Ses yeux se plissent pour scruter l'obscurité. Le tintement de ses clefs résonne à travers le soupirail. François retient son souffle.
 J'avoue que c'est tout d'abord la couverture (Dino Valls, De Profundis (détail) 1989, peintre espagnol) qui, dans un premier temps, m'a attiré l’œil, puis le titre par son côté secte secrète qui en plus parle de chasseurs de livres ... cela intrigue et m'a décidé à le lire.

J'avais lu son premier livre Sauver Mozart titulaire du prix Roblès et je me suis dit pourquoi pas ?

Cela commence plutôt bien, avec François Villon dans une geôle, approché pour une mission secrète, aller à la recherche de livres, manuscrits plus ou moins subversifs et rencontrer une confrérie secrète qui œuvre à la sauvegarde, à la diffusion ainsi qu'à la protection d'écrits dont les idées peuvent modifier notre vision du monde, l'influencer à moyen ou long terme ou modifier les rapports de force des pouvoirs en place. C'est d'ailleurs le point fort de ce livre de nous faire ressentir intensément la révolution qu'à pu être l'imprimerie et comment cet outil a pu être utilisé à des fins de luttes d'influences acharnées.

C'est plutôt bien écrit, bien documenté, mais j'ai commencé à un peu m'ennuyer jusqu'à la page 200 et ce n'est qu'après que cela devint plus accrocheur. Je me suis demandé pourquoi et c'est peut-être pour plusieurs raisons, à la fois le côté aventure un peu légère, parfois naïve, ou la relation amoureuse un peu mièvre mais également à cause des personnages souvent (pour ne pas dire tout le temps) grossièrement esquissés où il est difficile de s'attacher ou de comprendre leur profonde motivation. Le style à la troisième personne a également participé à ce manque d'empathie. Bref le côté historique est plutôt pas mal mais les personnages manquent d'épaisseur.

A part ce bémol, l'ambiance complotiste, les relations politiques troubles, les coups de jarnac entre les factions religieuses, la lutte souterraine teintée d'ésotérisme un peu surfait, ne manquent pas d'atout mais je n'ai pas su, à mon grand regret, apprécier totalement cette histoire.

Note : 7/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire