samedi 7 décembre 2013

Le syndrome [E] de Franck Thilliez

[O]uvrez l’œil, et le bon !
Le syndrome [E] de Franck Thilliez (Pocket, 510 pages, 2010 Fleuve Noir)

[I]ncipit :

[A]rriver le premier.
Dès qu'il avait été alerté par l'annonce, à l'aube, Ludovic Sénéchal avait pris la route et avalé les deux cents kilomètres qui séparaient la banlieue lilloise de Liège en un temps record.
[U]ne grande partie, pour ne pas dire l'intégralité, de mon otium (1) passe par la lecture de Franck Thilliez en ce moment.Comme dirait Balzac, il peut s'en sentir honoré.

[U]n passionné de films anciens, Ludovic Sénéchal, se rue chez un particulier qui se déleste d'un grand volume de bobines appartenant à feu son père. Parmi ces bobines s'en trouve une en 16 mm, amateur, sans étiquette, source d'une découverte d'un film rare, ou disparu, possiblement très excitante.

[M]ais voilà, au cours de la projection, un malaise s'installe et Ludovic en perd la vue. (Cela m'a rappelé un peu à ce moment-là le film japonais Ring et sa vidéocassette maudite, mais rien à voir). Paniqué il contacte une de ses ex ... Lucie Henebelle.Pas de hasard, quitte à lire plusieurs livres de Franck Thilliez, j'ai pris ceux où Lucie se trouvait, depuis La chambre des morts et dernièrement La mémoire fantôme. Et là un autre personnage récurrent des ouvrages de Franck Thilliez apparaît, Sharko. Un crossover qui réjouira les fans ! Pour ma part c'est la première fois que je le croise ce Sharko et cette rencontre avec Lucie est réjouissante.

[C]e livre m'a éveillé plein de souvenirs différents, comme Forgotten Silver de Peter Jackson pour le côté précurseur de l'auteur de la bobine 16 mm mais également  Un Chien Andalou de Luis Buñuel d'ailleurs explicitement cité au cours de l'histoire. Bien d'autres éléments que je ne puis trop citer sans dévoiler des parts de l'intrigue mais comme à son habitude Franck Thilliez régurgite intelligemment dans une construction parfaite des faits historiques, la stéganographie, les effets spéciaux cinématographiques,  l'expérience de Milgram, l'effet Koulechov, les sciences forensiques  ... bref tout ce qui fait la richesse et l'intérêt de ses thrillers et qui me plaît particulièrement.

[D]ans une précédente chronique je citais Le Silence des Agneaux de Thomas Harris car je ressentais une atmosphère similaire dans les livres de Franck Thilliez et j'en étais plutôt très content. Là F.T. cite Jodie Foster sous forme de clin d’œil. Hommage ?

[A] nouveau un excellent livre qui se dévore de la première à la dernière page. Un seul bémol ... la fin se termine sur un cliffhanger ... et comme je n'ai pas le tome suivant j'ai du ravaler ma frustration. Je prie pour que la Médiathèque l'ait dans ses rayonnages, comme cela dès aujourd'hui je pourrai continuer l'aventure !

Note : 10/10

(1) K. Marx disait d'ailleurs que la religion est l'otium du peuple.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire