dimanche 19 janvier 2014

L'enquête de Wittgenstein de Roland Jaccard

Élémentaire mon cher Russell !
L'enquête de Wittgenstein de Roland Jaccard (Livre de poche, 122 pages, PUF 1998)

Incipit :

Dans un épisode de X Files, l'agent Mulder du FBI interroge dans un asile d'aliénés un patient qui lui répète inlassablement : "Je ne suis qu'un homme après tout". C'est lui cependant qui révélera la clé de l'énigme.

Oui cela surprend un peu de voir X Files et l'agent Mulder dès le début d'un livre sur Wittgenstein !

A l'instar de Des éclairs de Jean Echenoz, un livre condensé, assez court, qui retrace la vie mouvementée, névrosée, au bord de la folie et du suicide de Ludwig Wittgenstein. C'est aussi l'histoire d'une âme torturée qui produira un livre événement dans le monde de la philosophie : le Tractatus logico-philosophicus. Également la recherche pour cet individu d'être humain, donnant naissance à une philosophie de vie qu'il s'appliquera à lui-même dont certains aphorismes sont proche du bouddhisme, même si Ludwig se dit lui-même du christianisme.

J'avais croisé Ludwig Wittgenstein récemment dans Logicomix, où il rencontrait Bertrand Russell puis dans un article du Magazine Clés. Et j'ai voulu en savoir plus. J'étais déjà en train de lire Ludwig Wittgenstein par C. Chauviré, plus ardu car se focalisant sur la philosophie, en particulier son ouvrage majeur et que certaines pages nécessitent une concentration entière. J'en suis à la moitié mais j'ai noté des divergences voire des contradictions sur des points mineurs entre les deux ouvrages. Notamment lorsqu'il était instituteur en haute montagne et les raisons de son "échec". Le livre de Roland Jacccard s'intéresse moins à la philosophie qu'à l'homme, ses rencontres, ses relations, ses travers. On y apprend notamment que Ludwig a été au même lycée qu'un certain Adolf Hitler. Mais celui de Chauviré offre des détails et une iconographie plus complète (famille, amis, relations) sur certains aspects dont l'architecture (conception et photos de détails comme poignée de porte, chauffage d'angle et intérieur de la maison).

Moins dense que celui de Chauviré, peut être moins bien écrit qu'un Echenoz d'un point de vue purement littéraire,  mais tout aussi captivant  sur un personnage hors norme.

Note subjective : 9/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire