mercredi 1 janvier 2014

Sweet Tooth by Ian McEwan

M. C. Escher was here
Sweet Tooth by Ian McEwan (384 pages, Vintage, 2013). Version française Opération Sweet Tooth.

Incipit :

My name is Serena Frome (rhymes with plume) and almost forty years ago I was sent on a secret mission for the British security service. I didn't return safely.

Une jeune femme, Serena Frome, se remémore sa mission 40 ans plus tôt. Indécise dans ses choix, incitée par ses parents à des études qu'elle ne souhaitait pas, elle finit presque par inadvertance à entrer au service du MI5. Elle devra approcher un écrivain pour une opération de propagande anti communiste.

C'est après la lecture de l'extrait dans le magazine Lire de décembre 2013 que j'ai été séduit par cette histoire, mélange d'espionnage et d'amour dans une ambiance très guerre froide. Et puis j'avais apprécié Solaire du même auteur et me remémore toujours cette scène irrésistible au pôle où le héros, pour se soulager d'une vessie malmenée par la moto neige, croit avec horreur avoir perdu son appendice typiquement masculin ... et l'auteur fait bien durer le suspense ...

Ian McEwan écrit très bien, il a le don pour mettre en scène, dévoiler les pensées de son personnage ou décrire les interactions entre les divers protagonistes. Il tient un sujet, la manipulation, et brode sur celui-ci d'abord par le choix de l'intrigue (un agent du MI5 qui doit manipuler un écrivain), l'époque de paranoïa liée à la guerre froide, le devoir de réserve lié à la fonction d'agent secret et les relations amoureuses dont le jeu de la séduction est comparable à celui de la manipulation. S’entremêlent aussi des petites histoires (celles de l’écrivain, cible de Serena) prétexte à ces manipulations y compris celles qu'on effectue sur soi. Enfin la propagande ou le travail d'influence que doit mener le MI5 au travers de Serena. Et bien sûr l'écriture, ce pouvoir de l'imaginaire, utilisé pour influencer, au travers de l'écrivain, celui dans le roman, et de l'écrivain, l'auteur. Ian McEwan a mis le paquet pour étayer sa thèse ... dont je n'aurais pas le dernier mot vu que je n'ai pu terminer son livre.

Mais voilà je ne suis pas très nouvelles. C'est trop court pour moi. Alors là je suis servi, arrivé à la moitié du livre Serena vient seulement de rencontrer l'écrivain et j'ai déjà lu trois des nouvelles de ce dernier dont une seule a su éveiller un peu mon intérêt (avec le mannequin). Sinon quel ennui ! J'ai lutté autant que j'ai pu mais à part quelques brefs passages je m'ennuyais ferme. Je n'aime pas abandonner un livre cela ajoute à ma frustration mais là je n'en peux plus. Ne souhaitant pas rester sur un échec j'ai tenté avec insuccès de commencer la branche Sharko de Franck Thilliez. C'est dire à quel point j'aurais du abandonner avant ... Bon, ok alors je vais évacuer sur mon blog. Voilà c'est fait. Il va vite me falloir un bon livre pour oublier tout ça.

Un livre très bien écrit avec un style affirmé, beaucoup de finesse mais un sujet et une histoire qui m'ont ennuyé grave.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire