dimanche 30 mars 2014

La femme au carnet rouge d'Antoine Laurain

La nostalgie du possible
La femme au carnet rouge d'Antoine Laurain (Flammarion, 237 pages, 2014)

Incipit :
Le taxi l'avait déposée à l'angle du boulevard. Elle n'avait que cinquante mètres à faire pour revenir chez elle. 
Une jeune femme rentre chez elle, il est tard. Prudente mais cela ne suffira pas à se faire arracher son sac. Blessée et ne pouvant rentrer dans son appartement, elle se réfugie dans un hôtel. Le lendemain, Laurent, un libraire, tombe sur un sac abandonné au-dessus d'une poubelle. après avoir tenté de le déposer à la police, il mène l'enquête pour retrouver sa propriétaire. Seuls indices : les objets dans le sac. Et un sac de femme en regorge ... seront-ils suffisant pour la retrouver ? 

Un auteur que j'ai découvert avec Le Chapeau de Mitterrand et qui m'avait envoûté. J'ai retrouvé ce style limpide, doux, éthéré comme de fourrer son nez dans le duvet soyeux du ventre de mon chat. Je m'y suis senti bien.

Je l'ai repris tôt ce matin, des rayons de soleil diffusant une lumière diaphane sur les pages , mon chat sur les genoux ronronnant de bonheur partagé, complètement immergé dans cette histoire romantique, peut-être cousue de fil blanc, mais si bien racontée, avec tendresse et sensualité.

Des scènes amusantes (ahh celle avec Chloé et son père près du lycée),des références à Modiano dont j'avais apprécié L'herbe des nuits, à Sophie Calle et ses projets fantaisistes, et ces petits riens comme le contenu du sac ou la bibliothèque de Laure qui éveille la curiosité, la richesse des livres, la beauté de la vie. Ce livre fourmille de bonnes idées pour raconter une histoire finalement assez simple mais racontée avec art. Un livre qui donne la pêche et qui a embelli ma journée !

Des clins d’œil qui font écho au travail de Sophie Calle qui suivait des personnes, qui a créé L'homme au carnet ou encore M'as-tu vue ?, une exposition ? En tout cas j'aime beaucoup ces références implicites. De même pour Modiano. Un livre enchanteur.

Note d'émotion : 10/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire