dimanche 9 mars 2014

Le collier rouge de Jean-Christophe Ruffin

Repos Sergent Tibbs !
Le colonel
Le collier rouge de Jean-Christophe Ruffin (Gallimard, 156 pages, février 2014)

Incipit :
A cette heure de l'après-midi, avec la chaleur qui écrasait la ville, les hurlements du chien étaient insupportables. Il était là depuis deux jours, sur la place Michelet, et depuis deux jours il aboyait.

Après la première guerre mondiale, un juge doit décider de la destinée d'un héros de la guerre, coupable de provocation. L'affaire, d'apparence simple, est plus complexe que prévu.

Pour l'homme des villes, l'arrière, c'était le plaisir, le confort, la lâcheté, en somme. Pour celui des campagnes, l'arrière, c'était la terre, le travail, un autre combat.

J'avais lu Le grand cœur du même auteur et cela m'avait passionné, alors quand j'ai vu en tête de gondole Le collier rouge, je n'ai pu résister. Jean-Christophe Ruffin a le sens du récit, une analyse fine de la psychologie des personnages. Là il met en place une scène étrange, il fait chaud, c'est après la première guerre, il n'y a qu'un seul prisonnier, qui ne semble pas faire grand cas de son sort et surtout un chien, fidèle parmi les fidèles, qui l'attend et dont il ne semble guère se soucier. Un juge militaire est diligenté pour régler la question mais par humanisme et là je reconnais bien l'auteur, il ne saura se satisfaire de l'apparence des choses.
Les distinctions, médailles, citations, avancements, tout cela était fait pour récompenser des actes de bêtes.

Au fil du récit, petit à petit se déploie une profondeur que je n'imaginais pas au départ et qui m'a emporté complètement. D'un récit intriguant Ruffin réussit à nous faire voyager alors qu'il devait s'agir d'un simple procès verbal. Sur fond de réflexions sur le patriotisme, la folie de la guerre, la révolution, la littérature, l'idéalisme, l'amour, la politique, le pouvoir ... toujours à propos.

Ce livre est un vrai coup de cœur de par cette histoire profondément humaine et touchante qui met en musique la fidélité sur tous les tons.

Note de tendresse : 10/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire