samedi 1 mars 2014

M. Pénombre libraire ouvert jour et nuit de Robin Sloan

Entrée libre
M. Pénombre libraire ouvert jour et nuit de Robin Sloan (Michel Lafon, 342 pages, 2014)

Incipit :

PERDU DANS LA PÉNOMBRE des rayonnages, j'ai failli tomber de l'échelle. Je suis exactement au milieu de celle-ci. En dessous, tout en bas, il y a le sol de la librairie, de la planète que j'ai laissée derrière moi.

Un jeune au chômage trouve par petite annonce une librairie qui recherche un vendeur. Particularité, la librairie est ouverte 24/24, les clients sont plutôt rares, la plupart, ceux qui viennent la nuit, empruntent des livres très particuliers ... Clay, qui prend le poste va découvrir petit à petit le mystère qui se cache derrière ces clients et ces livres mystérieux.

Une ambiance qui m'a rappelé (de loin) L'ombre du vent pour les lieux secrets sur les livres (librairie, bibliothèque souterraine), ou encore (de loin également) Dan Brown pour le jeu de piste avec confréries et codes secrets. Un livre qui n'est pas le thriller escompté mais plutôt un excellent roman pour ado.

Une histoire pétrie de culture g33k (jeu de rôle, programmation, réseaux sociaux, smartphones etc.) mais accessible à tous, de technophilie (hackerspace, Wired, l'ILM, les DRMs, le Googleplex, liseuses comme le kindle, le data mining et la datavision) également accessible à tous qui ravira aussi bien les ados que leurs parents. La typographie a une place de choix dans l'intrigue et c'est l'élément le plus novateur de l'histoire.

Un livre très actuel donc, guère étonnant de la part d'un auteur qui a travaillé pour twitter et qui a kickstarté un de ses livres. Un manifeste pour la révolution numérique et les acteurs qui y prennent part, Google en tête.

Sous le couvert d'une histoire mystérieuse il y a une vraie réflexion sur le passage du livre traditionnel au livre numérique, et le pouvoir potentiel du réseau internet au travers de ses différents outils, en particulier la capacité du réseau à mobiliser des ressources pour des projets bien plus concrets qu'une flash mob et une fin sous forme de parabole spirituelle qui est plutôt plaisante, .

Même si on peut y lire que le livre est dépassé, c'est tout de même un hommage aux Livres et ce qu'ils représentent dans notre culture. Comme toute technologie disruptive, et Gutenberg en son temps a été l'initiateur d'une telle technologie, le numérique fait évoluer rapidement notre imaginaire et nos usages, et cette histoire joue de cette transition que nous vivons au quotidien. Rien que pour cela ce livre est intéressant.

Note g33k : 10/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire