samedi 10 mai 2014

Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT

La banquette
Platon
Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT (Au Diable Vauvert, 217 pages, 6 mai 2014)

Incipit :
Certains naissent sourds, muets ou aveugles. D'autres poussent leur premier cri affublés d'un strabisme disgracieux, d'un bec de lièvre ou d'une vilaine tache de vin au milieu de la figure.

La vie triste et grise d'un employé, à peine embellie par la lecture journalière dans un RER de pages survivantes d'une machine monstrueuse dédiée à broyer et recycler les livres invendus, voit sa vie prendre une tournure plus positive.

Une nouvelle qui s'avère un conte moderne où survivre au quotidien par la volonté de ne pas abandonner et de s'accrocher aux vestiges du savoir (fruit de la digestion d'une machine industrielle recyclant des centaines de tonnes de livres par jour) va maintenir un semblant d'humanité dont le premier bénéficiaire sera un collègue estropié par cette machine dévoreuse de savoir justement. Ces lectures disparates de quelques feuillets rescapés, tous les jours en allant au boulot, lui permettra de rencontrer deux vieilles dames adorables et de faire la lecture à un lectorat qui en avait bien besoin pour finir, par la grâce d'une clé USB, par un bouquet final qui conclut à la parabole optimiste de ce conte enchanteur.

Un livre éminemment sympathique qui sait réserver des surprises et qui distille sa bonté d'âme avec bonheur. J'avais lu un entrefilet puis Catherine, notre Maitresse de Cérémonie au Club La Marguerite, nous a envoyé un article au moment idéal : la fin du livre précédent. Merci Catherine pour cette découverte !

Note charmante : 10/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire