vendredi 9 mai 2014

Le mystère Sherlock de J.M. Erre

Autant de morts ? Elle l'aime en terre
mon cher Watson
Le mystère Sherlock de J.M. Erre (Pocket, 260 pages, 2012)

Incipit :
En ce joli moi de mai, la neige était tombée dru, juste pour énerver le réchauffement climatique. Dans la vallée suisse de Meiringen, dame Nature avait revêtu son blanc manteau.

L'heure est grave. Plusieurs universitaires Holmésiens (chercheurs passionnés par l’œuvre de Sherlock Holmes)  se réunissent dans un hôtel afin de déterminer auquel d'entre eux revient la chaire Sherlock Holmes nouvellement créée à la Sorbonne. Avec un humour délirant, un clin d’œil facétieux aux Dix petits nègres d'Agatha Christie et à l'ambiance Cluedo qui en découle, les universitaires meurent les uns après les autres. Mais heureusement le détective Lestrade est là pour résoudre ce problème épineux et pis c'est tout.

Soyons francs et directs : l'auteur ne fait, mais alors vraiment aucun effort pour être sérieux cinq minutes (même pas une minute c'est dire), c'en est  à un point consternant. Avec application il insuffle un humour constant, ignorant avec superbe le principe de précaution, prenant ainsi le risque insensé d'avoir sur le dos une hécatombe de lecteurs morts de rire (ou noyés s'ils sont incontinents) sur la conscience (en plus du dos) qu'il n'a plus manifestement (la conscience pas son dos). Un serial comique recherché par toutes les polices (sauf celle de l'assurance qui a jugé un tel risque disproportionné) du monde, car l'auteur sévit aussi en langue étrangère. Un ouvrage qui scelle un destin funeste à l'ennui, qui se permet l'extravagance de faire oublier le travail routinier de la journée, qui vous emporte dans un monde virtuel dont chacun sait qu'il est le garant de la chute de notre civilisation. Amen.

Mes frais en cosmétique ont explosé, tant à certains passages mon rimmel a coulé, laissant ça et là des taches indélébiles sur ma chemise Charvet initialement immaculée et proposant à tout étudiant en psychologie des taches de Rorschach du plus bel effet (en vente sur ebay). Connaissant  l'auteur et ses méfaits par une lecture précédente (La fin du monde a du retard),  je m'étais pourtant préparé avec conscience et discipline, un paquet de mouchoirs très absorbants pour les larmes de rire qui risquaient de jaillir subrepticement, un miroir pour me remaquiller, mon testament si je venais à mourir de rire, une déclaration d'impôt pour échapper au long tunnel blanc et revenir sur terre (ne pas abuser, peut rendre dépressif) et l'avertissement à mes proches de ne pas s'inquiéter en cas de soubresauts à la lecture de l'objet du délit. Une formation au défibrillateur leur a également été dispensée (à mes proches pas à l'objet du délit, ce qui n'aurait aucun sens), le 15 averti pour une intervention rapide éventuelle pour ne pas dire certaine. Mon épouse, fidèle, prête à m'arracher le livre aux premiers signes alarmants (l'évènement ayant eu lieu à maintes occasions, je ne puis prêter ce livre, nous n'avons pas retrouvé toutes les pages). Bon, bref en clair tout était planifié. Je n'avais pas trop prévu la camisole et un séjour de quelques jours dans un espace confiné capitonné mais, à part cela, le plan s'est déroulé sans accroc. Je vais mieux, le travail m' a ramené à une attitude plus stable.

L'auteur, en plus de pasticher les classiques du genre policier, de s'en amuser (quel clown !) et d'y ajouter son humour habituel (no limit le gars), se permet (le bougre) en plus d'être intéressant sur Sherlock Holmes (le gredin). Plein de détails et d'anecdotes (ah il a tout de même bossé !) sur ce détective légendaire. Ce qui donne au final un ensemble très réussi et redonne une élasticité bienvenue aux muscles faciaux (particulièrement utile à ceux qui font la gueule mais beaucoup moins pour un trompettiste, vous voyez ?) et surtout une bonne humeur joyeuse et positive (pour un peu je serais presque prêt à tondre la pelouse) et pardonne à ceux qu'il a offensé.

Un moment très agréable pour tout public (mais déconseillé aux cardiaques ou alors penser à mettre une  pile neuve dans votre pacemaker).

Note hilare : 10/10





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire