samedi 14 juin 2014

Prix Emmanuel Roblès 2014

Prix 2014
Prix Emmanuel Roblès 2014 (Ville de Blois, milliers de pages, 2014)

  • Le lauréat 2014 pour le Prix Emmanuel Roblès est Nicolas Clément pour Sauf les fleurs, chez Buchet-Chastel.
  • Participant pour la première fois à ce Prix littéraire je l'avais lu il y a quelques temps et il a effectivement bien été apprécié au sein de notre Club de Lecture La Marguerite. Il y a un lien sur Wikipédia de ce prix Roblès, article dont la légitimité est remise en cause (?!) en tout cas au moment où j'écris cette chronique. La raison est peut être à chercher sur d'autres articles dudit site comme le Prix Goncourt qui est effectivement plus étayé. J'ai tout de même rajouté le prix 2014 sur cette page !
    Les 4 nominés et P. Lefait
  • Le vote a eu lieu le matin et j'ai pu accompagner exceptionnellement la représentante de notre comité (Catherine). C'était au Château de Blois dans une très belle salle avec un accueil très chaleureux. Il y avait pas mal de représentants de comités et cela a pris presque deux heures. 
  • A 13h juste après le repas j'ai visité la Médiathèque de Blois, une très belle médiathèque, très fournie, bien agencée avec un superbe pan entier de Pléiade ! Humm cela ferait bien dans mon salon ... avec un fauteuil club pour les lire ...
  • La cérémonie publique a débuté à la Halle aux Grains à partir de 13h30. C'était un grand moment, je dirais environ 500 personnes (j'ai estimé la jauge à 750), toujours animé par l'excellent Philippe Lefait dont on ressent à a fois l'érudition, le sérieux, et la touche d'humour qui fait mouche. Il a animé avec brio cette cérémonie. Les interventions des quatre nominés ont toutes été de qualité, y compris M.Jérusalmy lauréat de l'an passé, éminemment sympathique. Étaient absents Frédéric Verger et Édouard Louis et, semble-t-il, sans aucun retour pour ce dernier, y compris de la part de l'éditeur ... Pas d'excuse, pas de raison, silence radio. Bref un sans faute dans l'impolitesse la plus basique, voire un certain mépris au regard du Prix Roblès qui nécessite une organisation et une logistique qui repose partiellement sur du bénévolat. Bien que je n'ai su apprécier ces deux ouvrages il est toujours bienvenu de rencontrer l'auteur. Je dirais même au contraire. D'autant qu'une personne de notre Club était venue exprès pour rencontrer Édouard Louis ... Pour les autres qui ont pu venir en dépit des grèves SNCF, merci à eux. Les quatre ont été à la hauteur, s'exprimant avec clarté, intelligence et à propos. 
  • Je crois que c'est Clémentine, présidente du prix et lycéenne, qui a annoncé le prix, en ménageant un suspense crispant et déclenché la dernière phase : les dédicaces. Juste avant tout de même un message du maire et bien sûr un discours du lauréat, parfait, avec une note d'humour sur les éditeurs ayant refusé son manuscrit (en particulier sur les lecteurs qui, pour lire son ouvrage, devaient être ... préparés).
    Vue de l'amphithéâtre
  • J'ai pu avoir les quatre dédicaces et j'en suis assez heureux, car j'ai pu dire quelques mots aux auteurs que j'ai tous appréciés. En particulier Thomas Dietrich pour Là où la terre est rouge et qui a eu mon vote pour le Prix Roblès. J'ai bien aimé l'approche d'une tragédie grecque transplantée en Afrique. Il a été très bon lors de la cérémonie et il a cité une phrase magnifique de Gabriel García Márquez : Aucun homme ne devrait en regarder un autre de haut si ce n'est pour l'aider à se relever
    Le Maire, la présidente et N. Clément
  • Thomas Dietrich qui a fait Sciences Po et prépare l'ENA et auquel je prédis un avenir brillant. Et je ne dis pas cela parce qu'il a lu mon blog et qu'il se rappelait la note dictatoriale ... à ma grande surprise. Une de mes chevilles a du enfler ... en plus de mon ego ;-)
  • A été distribué par les organisateurs un petit catalogue recensant les livres qui n'ont pas été sélectionnés mais qui tout de même ont attiré l'attention. Très appréciable.
  • J'ai pu discuter un peu avec M. Jérusalmy qui m'a parlé de son prochain ouvrage. De même pour Sophie Van der Linden qui nous a même dévoilé le titre (paraitra en août) 
  • Il y a un article de la Nouvelle République du Centre. La cérémonie a été filmée mais je n'ai pu trouver celle de 2014. Il y en a d'autres sur Web TV Culture.
  • En conclusion une très belle journée littéraire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire