jeudi 17 juillet 2014

Soie d'Alessandro Baricco

Le Kant à soi
Soie d'Alessandro Baricco (Folio, 142 pages, 1996)

Incipit :
Bien que son père eût imaginé pour lui un brillant avenir dans l'armée, Hervé Joncour avait fini par gagner sa vie grâce à une profession insolite, à laquelle n'était pas étrangers, par une singulière ironie, des traits à ce point aimables qu'ils trahissaient une vague inflexion féminine.

La route de la soie au XIXème siècle au travers d'Hervé Joncour, embauché par un entrepreneur introverti, qui dans un petit village monte des ateliers de sériciculture... Suite à des parasites sur les vers à soie, l'entrepreneur envoie Joncour au Japon. Ce voyage ramènera plus que des vers à soie ...

Un livre beau et léger comme une danseuse éthérée qui ferait des pointes au crépuscule sur un lac brumeux sans en faire frémir la surface. Un conte superbement raconté, un pont entre deux cultures effleurées où le non-dit est omniprésent, laissant libre court à la rêverie, à l'imaginaire, au désir brûlant contenu avec peine par l'infime épaisseur de la soie.

J'ai découvert l'auteur avec Mr. Gwyn et je retrouve le même état d'esprit, le style tout particulier et charmant. Un style d'une fine délicatesse, un art consommé de suggérer l'indicible, de titiller l'imaginaire en suspension, le tout avec un arôme de mystère et d’exotisme. Cette histoire est comme une perle découverte par hasard au fond d'un océan. 

Un livre magnifique, conte onirique et poétique, une histoire d'amour racontée avec brio. Court mais parfait. Cela me donne l'envie d'en lire d'autres de lui, cela tombe bien j'ai eu comme cadeau Novecento,  pianiste.

J'aime avec passion ! Une lecture d'été idéale (j'aurais dit la même chose aux trois autres saisons ...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire