dimanche 26 octobre 2014

Ça peut pas rater de Gilles Legardinier

../.. les filles obéissantes vont au paradis.
Les autres vont où elles veulent.
Ça peut pas rater de Gilles Legardinier (Fleuve éditions, 421 pages, 2014 )

Incipit :
 Il fait nuit, un peu froid. Je frissonne dans l'ait humide. C'est sans doute la proximité du canal le long duquel je marche sans savoir où je vais.

Je n'avais pas remarqué que c'était le changement horaire ce week-end. Je me suis levé encore plus tôt que je ne le pensais et commencé à lire dès 5h30 ce matin ... Comme Legardinier remercie ses lecteurs qui passent pour des dingues car lisant un peu partout (c'est mon cas) il aurait pu ajouter à n'importe quelle heure. La journée va tout de même être longue, ce qui n'est pas grave je sais comment m'occuper ! Car oui aujourd'hui je rencontre, si tout se passe bien, Franck Thilliez. Mais je vous en reparlerai.

Je viens de terminer Les Misérables et j'ai entamé La bibliothèque perdue de Walter Mehring, qui demande une certaine concentration, non seulement c'est érudit mais les réflexions sont nombreuses et complexes. Bon il me faut du plus léger. Je n'ai plus de Franck Thilliez, mais comme vous vous en doutez cela ne va pas durer, cet après-midi ce point devrait être réglé, avec son dernier livre à la clé, Angor et, si je suis sage, une belle dédicace dessus. Mais j'ai aussi dans la manche la série des chats de Gilles Legardinier ! Allez vendu !

Le point de départ m'a rappelé le film Vilaine avec Marilou Berry, marre d'être très gentille et de se faire avoir et qui libère son alter ego satanique, mais en fait pas tout à fait. Certes, Marie, l’héroïne du roman en a un peu ras le bol. Des hommes en particulier. Depuis que son mec l'a trompé puis larguée comme une cannette elle est en mode grenade dégoupillée,  les dix doigts sur dix queues de détente, avec des M60 plein le sac à dos et le regard sniper réglé sur détection mâle, visée laser en sus. En plus au travail cela ne va pas fort, un chef d'entreprise requin, tous ailerons déployés, dans l'air (vicié) du temps, rentabilité des actionnaires en priorité prioritaire, délocalisation et peut être un coup fourré sous la coude. En clair le moral est au plus bas dans les sondages et dans son cœur. Mais entourée d'amis sympa et de relations généreuses, elle se dégotte un super appartement, base arrière d'opérations spéciales, pour en faire baver à son ex et, qui sait, retrouver l'amour ?

De nouveau le retour du chat, nom pas celui de Philippe Geluck mais celui de Legardinier. Le feel-good book, qui va vous redonner la pêche, vous faire oublier vos soucis et guérir le cancer. Peut-être un peu plus convenu que les précédents, des péripéties rocambolesque voire grotesques parfois, mais des bonnes idées, et de temps en temps assez drôle. J'aime bien aussi la postface ! Si j' en ai l'occasion j'aimerais rencontrer l'auteur et même diner avec lui ! On peut dire que son livre donne la joie et la bonne humeur.

Je voulais un moment de détente, je l'ai eu, que demander de plus ?

Note : 8/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire