mardi 18 novembre 2014

L'Île du Point Némo de Jean-Marie Blas de Roblès

Les enfants du capitaine Roblès
L'Île du Point Némo de Jean-Marie Blas de Roblès (Zulma, 460 pages, 2014)

Incipit :
Le Tigre à droite, désormais invisible, à gauche les hauteurs pelées des monts Gordiens ; entre les deux, la plaine ressemblait à un désert fourmillant de carabes à reflets d’or. C’était à Gaugamèles, moins de trois ans après la cent douzième Olympiade.
Certains développent des applications, des théories, d'autres des muscles saillants (le développé-couché ha ha), moi j'ai développé une tendinopathie. C'est moins glamour mais laisse plus de temps à la lecture d'un autre côté. Las, moins de tir à l'arc, snif snif, pause forcée, l'amertume et le vague à l'âme. La fin du monde quoi. Tout à coup l'arc recurve flambant neuf ou encore le super kit Win&Win Archery Blast 34" devient un rêve plus diffus voire sombre dans l'abîme. Depuis que j'ai essayé un compound j'ai des étoiles dans les yeux et le bras qui pend. C'est ballot. Pfft ! Mais voilà j'ai pu lire en quelques jours L'Île du Point Némo ... maigre compensation, mais compensation tout de même.

L'enquête rocambolesque sur un joyau disparu. Holmes est sur le coup. Tout converge vers le point Némo. Mais attention dans son royaume, Cthulhu veille et rêve. Iä, Iä, Cthulhu fhtagn.

La liberté d'écrire, de voyager, de surprendre, foisonnement textuel, hymne à l'imaginaire. Aventures, mélange de Jules Verne, Bob Morane de Vernes aussi ..., mais écrit par les Marx Brothers sous coke ou par Mel Brookes sous LSD. Récit déjanté, foutraque, d'une épopée très référencées y compris, et cela m'a surpris, de l’œuvre de Lovecraft : Cthulhu, Miskatonic, Armitage, R'lyeh, etc. 

Inclassable, moins délirant que J.M. Erre tout de même, avec son Sherlock ou sa fin du monde, qui ne se prend jamais, mais alors jamais au sérieux. Cela me rappelle l'imagination d'un Charles Stross ou d'un Jasper Fforde. Comme dans M. Pénombre il y a une réflexion sur le livre, la littérature, sa dématérialisation. Comme dans l'urinoir, un côté décalé que j'aime beaucoup. De plus les personnages sont "inversés", "mélangés", Holmes qui a un passé de Watson, qui déduit comme une bille etc. Et une surprise qui donne une suite originale à L'île mystérieuse. Cela n'a pas de prix ! Il y aurait beaucoup d'autres choses à dire, la mise en abyme, le patchwork ... très ludique.

Un livre qui vous emmène dans un voyage, de l'autre côté du miroir, plus malin qu'il n'y parait et dont les références me parlent. Les couvertures des éditions Zuma sont très jolies, une belle décoration dans la bibliothèque !

Une réussite.

Note : 10/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire