dimanche 19 avril 2015

Les enquêtes de Monsieur Proust de Pierre-Yves Leprince

A la recherche du cornet perdu
Les enquêtes de Monsieur Proust de Pierre-Yves Leprince (Gallimard, 420 pages, 2014)

Incipit :
Celui qui écrivit À la recherche du temps perdu aimait les énigmes. J'eus, très jeune, la chance d'en résoudre une pour lui.
Et voilà, j'ai terminé de lire l'intégralité de la sélection du Prix Roblès 2015.  Très bonne sélection, très satisfait de l'ensemble, pas un bémol. Grâce à elle je découvre des livres que je n'aurais certainement pas lu de moi-même, soit parce qu'ils ne sont pas exposés médiatiquement soit parce que le sujet exprimé par le quatrième de couverture ne m'aurait pas convaincu de tenter ma chance. À moins d'être prescrit par un membre du club, un magazine comme Lire ou une recension très motivée sur un blog ... De ce point de vue participer à ce prix est une aubaine, des moments partagés avec les membres du club de lecture, et la journée à Blois pour la remise de prix, à chaque fois inoubliable. En plus participer, en votant, à ce prix, donne du piment à l'ensemble. Et puis aussi rencontrer les auteurs !

Dans ce livre on suit la rencontre entre un gamin, qui fait des courses pour le compte de clients d'hôtels, futur enquêteur, et Marcel Proust, avant que celui-ci n'ébauche sa fresque À la recherche du temps perdu. N'ayant pas lu cette heptalogie, il est probable que je passe à côté de certaines choses, néanmoins on ressent la connaissance intime de l'auteur pour la vie et l’œuvre de Proust, et il nous le fait partager avec brio. Les comportements ou sentiments sont assez bien évoqués au travers d'une enquête à la Sherlock Holmes, qui est nommé au travers de sa citation la plus célèbre "élémentaire, mon cher Watson", mais qui provient du cinéma et non de Conan Doyle, ce que Marcel Proust ne pouvait pas connaitre au moment où il en parle dans le livre (vers 1906), un anachronisme amusant.

Une amitié nait entre ce gamin et Proust, ambiguë à cause du milieu interlope au sein d'hôtels, soit par des pratiques "déviantes", soit entre des gens riches et des adolescents. Au delà du trouble qui peut naitre de la pédérastie, il y a une observation assez fine des comportements et de la psychologie. De disparitions d'objets à la mort de personnes, plusieurs enquêtes vont être menées, par la pensée pour Proust, avec le pouvoir de l'observation, de la connaissance humaine et de la déduction comme pour Sherlock Holmes, et par diverses actions par le gamin (Watson ?). Beaucoup de liens seront tissés entre cette aventure et la genèse d'À la recherche du temps perdu.  L'auteur en profite pour en expliquer certains sens qui font écho à l'histoire-même de ce livre. C'est bien écrit, agencé, et fait partie de mes deux livres préférés avec Karpathia pour ce qui est de la sélection du Prix Roblès.  Je vais être bien en peine de les départager. Peut-être un petit plus pour ce dernier. Le roman est la meilleure approche de la psyché humaine, l'auteur nous le dit en explicitant l’œuvre de Marcel Proust mais aussi à sa manière, par son récit et son écriture, ce qui est un bel hommage in fine.

Pour un premier roman, chapeau ! Cela me tente de lire Du côté de chez Swann ... pour commencer. Mais sept volumes ... ha oui quand même ...

Note : AAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire