vendredi 3 juillet 2015

Les Catilinaires d'Amélie Nothomb

Onegaishimasu
Les Catilinaires d'Amélie Nothomb (Livre de Poche, 151 pages, 1995)

Incipit :
On ne sait rien de soi. On croit s'habituer à être soi, c'est le contraire. Plus les années passent et moins on comprend qui est cette personne au nom de laquelle on dit et fait les choses.

Un couple pense avoir trouvé la maison idéale, retirée du monde, leur laissant tout le loisir de s'aimer dans cette solitude, croient-ils. Mais voilà, un voisin envahissant va effriter ce paradis et révéler la personnalité profonde des individus.

L'incipit résume bien l'idée générale. Amélie Nothomb nous écrit un conte grotesque, un exercice de style réussi, littérairement intéressant mais qui est trop burlesque pour moi.

Je ne ferai pas plus long, je profite de la fraîcheur du matin, il ne fait plus que 46 degrés dans la maison, pour écrire cet article, avant qu'il ne fasse beaucoup trop chaud ... Mon royaume pour un ventilo !

Note  : AA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire