lundi 3 août 2015

Histoire de la Gestapo Tome 4 présenté par Jean Dumont

Histoire de la Gestapo Tome 4 présenté par Jean Dumont (Éditions de Crémille, 253 pages, 1971)

Incipit :
Au moment où, en juin 1940, les troupes allemandes faisaient leur entrée, fifres et tambours plats en tête, dans la capitale d'abord silencieuse et déserte, deux sentiments dominaient l'esprit des français : honte et stupéfaction.

En fait le titre complet est plutôt Histoire secrète de la Gestapo, il est à l'intérieur, mais bizarrement c'est plus court sur la page de couverture. Bon.

Au départ je les ai commandés un par un et je n'avais pas la même édition (1980 ou 1971). Mais chez un bouquiniste j'ai pu avoir l'ensemble dans la même édition de 1971. Je préfère, un vieux réflexe de collectionneur sans doute ...

Ce dernier volume (suite du Tome 1, Tome 2 et Tome 3) se concentre dans un premier temps sur les français et la Gestapo, collaboration, épuration, compromission, une période grise assez complexe où chacun essayait de tirer l'épingle de son jeu, où il était difficile de rester blanc comme neige mais où certains n'ont pas hésité à basculer totalement. Les droits communs recrutés au "93" en ont bien profité. L'épuration au départ a surtout été des règlements de compte sans jugement et où il y a beaucoup d'innocents qui ont trinqué. Plus dur à suivre, et c'est la première fois sur les quatre tomes, sont les relations politiques conflictuelles entre différents clans politiques (communistes, anti-communistes, pro-gaulliste etc.) et leurs différentes formations (P.P.F ou autre) avec des personnages comme Doriot, Déat et encore bien d'autres. 

La deuxième partie se concentre sur les allemands, en particulier les SS, qui, sentant la fin du 3ème Reich (qui devait être millénaire, il n'aura pas duré 15 ans), ont essayé soit de se reclasser chez les Alliés ou la Russie, soit de fuir (les Ratlines), ou encore de se fondre dans la masse en Allemagne (RDA ou RFA). L'ouvrage présente des exemples étonnants. De même au cours des quatre volumes sont évoqués des faits peu glorieux et peu évoqués dans les cours à l'école comme par exemple le viol systématique par les troupes soviétiques des berlinoises lors de la chute de Berlin. Il est difficile d'accepter que les libérateurs aient pu se comporter de cette manière. De même d'assumer que les troupes alliées ont commis des crimes de guerre. C'est toujours le vainqueur qui écrit l'histoire et surtout une fois que l'idéologie et la politique s'en mêlent difficile d'appeler un chat un chat. C'est dans les revues comme La marche de l'Histoire qu'on apprend que les dernières recherches concluent que le largage de la bombe sur Hiroshima n'était pas nécessaire et surtout que celle sur Nagasaki n'était là que pour montrer aux militaires que le plutonium était aussi efficace que l'uranium. Cela se passe de commentaires.

Au travers de l'histoire de la Gestapo des pistes sur d'autres thématiques apparaissent : la milice, Vichy, Pétain, la résistance, les conflits armés, le débarquement, le front de l'Est, la langue (L.T.I.), l'antisémitisme, les jeunesses hitlériennes, l'occulte, le Wewelsburg, l'Ahnenerbe, l'endoctrinement, la propagande ... qui font chacun l'objet de plusieurs ouvrages. Ces quelques années (39-45) sont particulièrement documentées et je me rends compte de la densité d'informations et de documents nécessaires pour essayer de comprendre et donner une idée de ce que cette période fut. Et à ne pas juger, simplifier ou tirer des conclusions trop hâtives.

Finalement j'en ressors un peu groggy, l'âme humaine n'en ressort pas grandie, et je suis convaincu que tout n'est ni noir ni blanc, qu'au delà du jugement, ces travaux permettent de mieux comprendre des faits difficiles à appréhender. Tout n'est pas encore connu, l'état français prévoit sous peu de mettre en ligne les archives de la Police sous l'occupation. Au delà de l'histoire de la Gestapo proprement dite, j'ai appris beaucoup de choses sur les comportements en période de survie, sur le pouvoir, sur la folie des hommes et sur les prémisses de ce qui a donné la guerre froide.

Note : AAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire