samedi 29 août 2015

La seconde guerre mondiale de Claude Quétel

 The End Is Nigh
La seconde guerre mondiale de Claude Quétel (PERRIN, 551 pages, 2015)

Incipit :
Il est toujours difficile de se demander comment naissent les guerres. Autrefois nos maîtres entamaient invariablement l'histoire de celles-ci par une étude des « causes immédiates » et des « causes lointaines ».
L'histoire de la seconde guerre mondiale en un volume de moins de 600 pages. Avec un bel esprit de synthèse, n'omettant évidement pas les aspects militaires mais y incluant surtout des aspects moins connus comme : le travail des femmes à l'effort de la guerre (différent selon les pays), le poids de la logistique (par exemple la consommation énorme du char Tigre), les conflits inter-personnels ou d'ego (y compris chez les alliés, comme avec Patton ou Montgomery), le fanatisme du gouvernement nazi mais aussi des Japonais, la sauvagerie sur certains fronts des armées de libération tout particulièrement des soviétiques, le poids économique des belligérants, MAGIC (qui a cassé une partie des codes japonais),  P.L.U.T.O. (Pipe Line Under The Ocean, le premier "oléoduc" sous-marin), pour ne parler que de quelques points.

J'ai trouvé ce livre équilibré dans ses analyses et reprenant (références à l'appui), avec parfois un avis personnel ou une mise en perspective avec d'autres avis d'historiens, les travaux les plus récents. Il  brasse avec talent un portrait de cette guerre hors norme. Un excellent ouvrage sur le sujet pour avoir une bonne idée générale de ce conflit et offrant de multiples pistes d'approfondissement. Il parle de Höss, de Robert Merle, de l'opération Neptune, Alfred Rosenberg l'idéologue anti-sémite ou de la Gestapo et cela me permet de faire des liens divers et variés avec mes précédentes lectures(Aussi Walter Mehring, Maus). D'ailleurs pour la mort de Heydrich c'est beaucoup plus détaillé dans Histoire de la Gestapo.

Contrairement à l'avis d'un internaute  sur un forum l'auteur n'a pas écrit que Paulus s'était suicidé (ce qui n'est effectivement pas le cas).

Quelques points mineurs qui m'ont gêné ou surpris :
  • les cartes de bataille trop abstraites et peu lisibles. La topographie et le relief ne sont pas du tout indiqués et ne permettent pas de comprendre pleinement les raisons des choix tactiques, en particulier la suprématie de Rommel en plein désert. En fait expliquer quelques bases de tactique de bataille de char aurait été un plus. A défaut une référence sur ce sujet pointu. C'est plus clair concernant le conflit du Pacifique, où les choix stratégiques et tactiques en raison des distances et de la technique du saut d'île en île sont bien plus compréhensibles. 
  • Les références à la fin de l'ouvrage font l'objet d'une sélection mais omettent tout un pan des aspects de cette guerre, notamment la cryptographie ou la déception (voir le livre de Jean Deuve : Stratagèmes : duperies, tromperies, intoxications pendant la seconde guerre mondiale). Rien non plus sur les DVD comme par exemple l'excellente série Apocalypse : la deuxième guerre mondiale.
  • L'utilisation abusive d'acronymes comme D.I. (division d'infanterie) pas toujours explicités en temps et en heure ou pire la définition d'une division : en fait entre 10 000 et 30 000 hommes d'après ce que j'ai trouvé sur le net, mais l'idéal aurait été que l'auteur dans ce livre, en sus de l'aspect qualitatif (division, GA), d'indiquer au moins grossièrement l'aspect quantitatif (matériel ou hommes), ce n'est pas toujours fait et il m'a été difficile parfois d'évaluer les forces en présence.
  • Le manque d'illustrations, quelques photos des personnes (Montgomery, etc), du matériel (Spitfire, Messerschmitt bf 109, Pkfwg etc). Ou encore un focus sur une bataille avec cette fois le relief, les étranglements, le positionnement des défenses etc.
  • Une référence d'Alain de Benoist (extrême-droite, auteur du Manifeste de la Nouvelle Droite, utilisant les thèses de Gramsci) dans Boulevard Voltaire, site lancé par Robert Ménard ... à ne pas confondre avec le site du complotiste Thierry Meyssan, Réseau Voltaire. Référence aux droits-de-l'hommistes qui génèrent des guerres par ingérence. On comprend mieux pourquoi Alain de Benoist le dit (car il n'est pas vraiment pour la démocratie), moins pourquoi Claude Quétel le cite.
  • Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir y apparaissent sous leur beaux jours sans référence à Une si douce occupation de Gilbert Joseph. Sur ce point Michel Onfray en parle également, notamment sur le thème du nihilisme dans sa contre-histoire de la Philosophie (actuellement sur France Culture).
Ce ne sont que quelques points mineurs qui n'occultent en rien le tour de force de nous faire vivre ce conflit en si peu de pages, avec des passages poignants, difficiles même, sur des sujets comme la Shoah ou le viol systématique des Berlinoises par les russes. Les négationnistes sont renvoyés à leur médiocrité, de même le point de détail de Jean-Marie Le Pen est clairement démonté devant l'énormité de sa provocation. Il est indispensable de s'intéresser à l'Histoire afin d'éviter les manipulations des uns et des autres (Zemmour and Co). Je n'apprécie pas que l'Histoire soit instrumentalisée. Je préfère les chercheurs et les intellectuels aux polémistes et idéologues.

Un très bon livre qui traite du sujet avec beaucoup de talent. J'ai bientôt terminé Mein Kampf  (édition non censurée, complète) qui confirme ce qu'en dit l'auteur (Claude Quétel pas Adolf Hitler). Ce dernier (Claude Quétel pas Adolf Hitler) m'a donné envie de lire la biographie de Winston Churchill !!! ce que je compte faire .... A la fin j'ai ressenti une grande amertume, une telle débauche, de violence et de gâchis en vies humaines laisse perplexe. L'hubris et l'aveuglement de certains gouvernements ont sacrifié leur peuple avec détermination ... cela fait réfléchir. L'arrogance et les contradictions d'un Staline, pour ne prendre que lui, acharné contre la violence des nazis et envoyant lui-même dans des camps ne laisse présager rien de bon sur la nature humaine.

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire