jeudi 8 octobre 2015

La guerre de sécession de John Keegan

La guerre de sécession de John Keegan (PERRIN, 504 pages, 2009)

Incipit:
L'Amérique est différente. Bien qu'aujourd'hui «l'exception» américaine, ainsi qu'on la nomme, soit devenue un sujet d'études universitaires, les États-Unis, sauf sur le plan de la richesse et de la puissance militaire, sont moins exceptionnels qu'ils ne l'étaient à l'époque où on ne pouvait s'y rendre qu'en bateau à voiles à travers l'Atlantique.

L'histoire de la Guerre Civile, comme les américains l'appellent et non de la guerre de sécession, par le même auteur que l'histoire de La première guerre mondiale. Plus réussi sur plusieurs points, probablement parce qu'entre autre c'est un conflit limité à un pays, avec un seul peuple, sans trop d'influences extérieures.

Les quelques points négatifs, à mon sens, sont le manque de photo (par exemple d'Ulysses S. Grant ou encore de Robert Lee), une frise de temps pour replacer le conflit dans les événements américains proche (par exemple Guerre d'Indépendance [1775-1783], Guerre Anglo-Américaine [1812] deuxième guerre d'indépendance, Guerre du Mexique [1846-1848]),  le manque des éléments de topographie comme le relief sur les cartes, un ordre des mouvements de troupes sur ces mêmes cartes, un fiche synthèse (nombre d'enrôlés, bilan des pertes, coûts, etc), une planche des uniformes et des armes utilisées, un repérage des noms pour distinguer les sudistes des nordistes. Sur ce dernier point j'ai pris des notes et fait mes propres tableaux car il y a bien une soixantaine de noms et pour certains pas toujours aisé de se rappeler dans quel camps même si dans le paragraphe on finit par le déduire.

Pour le reste, que du positif, que ce soit les origines de la guerre, les batailles mises en exergue (quelques unes des 230 majeures sur une quantité de 10 000 entre 1861 et 1865), l'analyse de Marx et Engels, les Noirs dans le conflit, les femmes en temps de guerre, la guerre maritime, les soins et l'hygiène sur le théâtre des opérations, les idéologies, avec des points d'analyses pertinents en particulier la raison pour laquelle un mouvement socialiste marxiste n'a pas pris.

Pour une fois un livre qui explique la hiérarchie entre Armée, Corps, Division, Brigade, Régiment et Bataillon. Les batailles et quelques notions de stratégie/tactiques (artillerie, cavalerie, infanterie, topographie, mouvements, climat, etc) sont bien amenées. Les choix des généraux sont discutés et parfois critiqués de manière argumentée.

Des personnages haut en couleur, que ce soit Grant ou encore des femmes comme Clara Barton (voir pages 413 et suivantes) sont présentés avec quelques détails et où est esquissé leur passé, leurs choix, ce qu'ils sont devenus. Grant, escroqué et ruiné, a écrit ses mémoires, est mort une semaine après les avoir achevées, ce qui a sauvé sa famille de la disette. Clara Barton a fait carrière dans l'humanitaire.

Une guerre terrible, plus de pertes américaines que lors de la deuxième guerre mondiale (?!), avec un niveau d'hygiène lamentable lors des soins, pour ceux qu'on réussissait à emmener à l'hôpital de campagne ... Ce conflit  a eu des conséquences diverses (économiques, sociales, politiques) qui sont clairement présentées dans cet ouvrage. La fin du livre est très enrichissante sur ces points. Une des phrases clé est que ce conflit transforma un pays en nation.

Le sujet de l'esclavage, une des raisons du conflit, a disparu sous sa forme primaire, mais n'a pas résolu le problème du racisme ou des droits (vote, propriété) qui se résolu en grande partie vers 1950. Dommage que Booth, juste après le conflit, abattit Lincoln d'une balle dans la nuque.

Une très bonne lecture !

Note : AAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire