jeudi 19 novembre 2015

Le suicide français d'Eric Zemmour

Passé subjectif versus présent décomposé
Le suicide français d'Eric Zemmour (Albin Michel, 544 pages, 2015)

Incipit :
La France est l’homme malade de l’Europe. Les économistes évaluent sa perte de compétitivité. Les essayistes dissertent sur son déclin. Les diplomates et les soldats se plaignent en silence de son déclassement stratégique. Les psychologues s’alarment de son pessimisme. Les sondeurs mesurent son désespoir. Les belles âmes dénoncent son repli sur soi. Les jeunes diplômés s’exilent. Les étrangers les plus francophiles s’inquiètent de la dégradation de son école, de sa culture, de sa langue, de ses paysages, de sa cuisine même. La France fait peur ; la France se fait peur. La France est de moins en moins aimable ; la France ne s’aime plus. La douce France vire à la France amère ; malheureux comme Dieu en France ?

Eric Zemmour revisite la France de 1970 à nos jours, beaucoup de référence à la culture, l'économie, la politique. Il critique pas mal (lol), il y en a qui vont avoir les oreilles qui sifflent. Langage intéressant, soutenu parfois, j'ai même trouvé un zeugma ...

Il aborde des sujets divers et variés : l'éducation, l'autorité, le pouvoir gay, la fin de l'assimilation, la globalisation, l'immigration, l'islam, l'agro-alimentaire, l'urbanisation, les centrales d'achat, l'anti-racisme qui mélange tout, le communautarisme, De Gaulle, Chirac, Jospin, Napoléon etc.

Il y a des propos réducteurs à son encontre. Pour Vichy oui il dit que les juifs français ont été sauvés par le sacrifice des juifs étrangers (sourcé) on peut y voir une réhabilitation mais plus loin il indique bien que ce régime (Pétain/Vichy) était funeste aux juifs.

Il y a une cohérence de sa pensée, il regrette la perte des repères, la fin de l'assimilation, la tout dans un monde globalisé etc. et c'est dans ce sens que l'immigration musulmane actuelle lui pose souci (chômage, communautarisme, etc).

Au lieu de lire ce qu'on en dit vous y gagnerez à le lire. Bien sûr vous ne serez pas d'accord sur tout, et justement c'est bien plus intéressant. Par exemple même si je comprends que la judiciarisation à l’américaine est une dérive à déplorer (en lieu et place d'une médiation par exemple) cela justifie-t-il pour autant qu'on puisse mettre la main aux fesses d'une jeune femme, fussent-elles jolies ? (c'est son argument !!).

Un livre riche, des mises en parallèle surprenantes ...mais Zemmour a tendance à essentialiser (le peuple, la France, les musulmans, les féministes etc), à simplifier et grossir le trait. Néanmoins cela permet de poser un débat et d'y réfléchir.

Récemment accusé de racisme pour des propos en Italie, cela ne fait que confirmer ce qu'il dit dans son livre. SOS-racisme et ses dérives à tout va étant égratignés dans son livre pas de surprise pour cette tentative de museler la liberté d'expression, car si ce qu'il a dit relève de l'incitation à la haine raciale il va falloir censurer pas mal de journaux (entre autres). Ce n'est pas sain pour le débat et me rappelle la Terreur (La révolution française de Max Gallo) où sous des prétextes de vertu, de morale on condamnait avec parodie de procès, on muselait, on décapitait. Si effrayés par Eric Zemmour ou si peu sûr d'eux mêmes, qu'ils en sont réduits à des méthodes d'intimidation et d'attaques ad hominem. Et s'il y avait un peu plus de matière à lui opposer que des vocables infamants comme raciste ou réactionnaire ? L'accuser de racisme est un peu dévoyer les termes et ne pas les utiliser judicieusement. A force de les utiliser à propos de tout et n'importe quoi cela les vide de leur substance. Comme les accusations de racisme à l'encontre du dernier Astérix (ignorant au passage que les numides de l'album sont scribes et que l'un d'entre eux dévoile le plan de César ... entre autres). Il y a beaucoup plus idiot, de la part de Michel Serres pour qui la série Astérix est fasciste (sic) et incite à la drogue (France Info le dimanche 18 septembre 2011). A comparer avec son analyse de Tintin. Pauvre Michel Serres, après son produit marketing Petite Poucette  il passe le mur du çon avec les honneurs.

Il faut prendre le livre dans sa globalité. Il n'est pas tant contre Bourdieu que par ce que la gauche en a fait : l'égalitarisme, où l'école se nivelle vers le plus bas. Il n'est pas tant misogyne, phallocrate ou contre le féminisme que contre l’indifférenciation. Indifférenciation que l'on retrouve dans le cosmopolitisme mondialisé etc, le communautarisme, la non intégration, donc le rejet de la France et de ses valeurs. C'est pour cela qu'il ne faut pas se contenter d'extraits de son livre mais le lire intégralement.

Ces tentatives de censure, ces propos réducteurs parfois à son encontre, me rendent encore plus nécessaire de lire son essai. Pour la liberté d'expression et parce qu'on est encore, je l'espère, dans une démocratie. Et pour faire la nique aux bien pensants :-)

Cet article devait paraitre samedi dernier. Les attentats de Paris par des islamistes ont changé la date de sa parution et colore son contenu de façon étrange et prémonitoire. L'idéalisme ne marche pas. L'angélisme non plus. Ce livre montre bien que l'assimilation (pour ne prendre que cette thématique) est plus favorable à la vie ensemble que la non intégration qui pousse à l'intégrisme et aux attentats (au regard du contexte actuel). Boualem Sansal est bien plus sévère dans sa fable ...

Note : AAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire