samedi 9 janvier 2016

Envoyée spéciale de Jean Echenoz

Mission Impossible
Envoyée spéciale de Jean Échenoz (Les Éditions de Minuit, 312 pages, janvier 2016)

Incipit :
 Je veux une femme, a proféré le général. C'est une femme qu'il me faut, n'est-ce pas.
 Vous n'êtes pas le seul dans ce cas, lui a souri Paul Objat. Épargnez-moi ces réflexions, Objat, s'est raidi le général, je ne plaisante pas la-dessus. Un peu de tenue, bon Dieu. Le sourire d'Objat s'est dissous : je vous prie de m'excuser, mon général. N'en parlons plus, a dit le gradé, réfléchissons.

L'histoire mouvementée d'une jeune femme qui se retrouve au cœur d'une mission secrète pour le contre-espionnage français.

L'auteur a tendance à vouloir nous accompagner, parfois même nous tenir par la main, au cas où nous serions perdu. L'impression, désagréable parfois, de l'avoir au dessus de son épaule. Cela n'empêche nullement de s'installer une atmosphère à la fois ludique, détachée, pince-sans-rire, où le rocambolesque côtoie la tragédie. On s'attache aux divers personnages en particulier Constance, qui est celle du livre puisqu'on la suit jusqu'à la fin. Une galerie de personnage qui ont un lien plus ou moins avéré et dont les rencontres inattendues font le sel de cet ouvrage, comme pour Bonus de Chalumeau.

J'ai retrouvé l'esprit de l'auteur (pour celui des livres que je connais de lui, Je m'en vais, et Des éclairs, 14, lus avant l'ouverture de ce blog) , qui s'amuse, se fait plaisir et in fine nous réjouit de sa verve sur des sujets variés.

A noter, pour Le Masque et la Plume, un Zeugma page 302 : "Il s'y remettra vite à fumer ainsi que de ses désillusions". Oups la conclusion, alors au final c'est sympathique, bien construit, se lit avec plaisir mais il m'a manqué quelque chose (je cherche encore). Quant à la fin j'aurais quelques questions pour ceux qui l'auront lu.

Note : AA

Article écrit en écoutant Six Gnossiennes et Trois Gymnopédies d'Erik Satie, œuvres pianistiques magistrales.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire