vendredi 8 janvier 2016

Premier bilan après l'apocalypse de Frédéric Beigbeder

Nécrologie du livre papier
Premier bilan après l'apocalypse de Frédéric Beigbeder (Livre de poche, 426 pages, 2011)

Incipit :
Les livres sont des tigres de papier, aux dents de carton, des fauves fatigués, sur le point de se laisser dévorer. Pourquoi s'obstiner à lire sur un objet pareil ? Des feuilles fragiles, inflammables, reliées, imprimées, sans batterie électrique ? Tu es obsolète, ô vieux livre bientôt jauni, nid à poussière, cauchemar de déménageur, ralentisseur de temps, usine à silence.

Guide des cents livres à lire avant la fin du monde, la fin du monde étant au choix, la fin du livre papier, la fin du XXème siècle, la fin d'un type de littérature qui ne sera plus pareille après le numéro 1 (American Psycho). Toujours la verve de Frédéric, la mise en rapport de point de vue originaux, l'utilisation de sa connaissance de la littérature pour mettre en avant les raisons étayées de ses choix. Assez amusant dans la forme, toujours intéressant sur le fond, réussit à donner l'envie de lire, ce qui, pour ce type d'ouvrage, est la fonction première, réussit totalement. Il faut ne pas être effarouché par le côté mondain, aristo, fêtard, faussement modeste, faussement je-m’en-foutisme parfois, oui Frédéric se la pète un peu, mais c'est assez bien fait, un rythme enlevé et une furieuse envie de découvrir des auteurs dont je n'avais, à ma grande honte, jamais entendu parler (Christian Kracht, Hanif Kureishi, Ned Rorem, Albert Cossery etc). Je me suis laissé tenter (dur de choisir) par Mendiants et orgueilleux d'Albert Cossery. Comme quoi sa mission est d'ores et déjà réussie !!!

Le livre papier est-il en danger ? Si l'on en croit toutes les analyses des media, un nouveau media ne supprime pas totalement l'ancien, la télé n'a pas tué la radio par exemple. Mais là c'est un peu différent, c'est un changement de support, il ne s'agit pas d'un nouveau livre, juste de son medium. Pourtant les spécificités du livre papier ont des attraits bien supérieur au véhicule que sont les tablettes. Pour cette raison, le livre papier ne disparaitra pas totalement, je n'y crois pas. Mais il va peut être diminuer (en volume de vente) pour le roman par exemple. Le livre ne se résumant pas au roman, il y a de la marge, mais cela mérite réflexion.

Apocalypse : mot à la mode, totem des millénaristes, annonce le choix en place numéro 1 du compilateur de recensions F.B., et comme le classement est présenté à l'envers, l'apocalypse se retrouve à la fin (comme dans la Bible).

Dans le choix N°58 (page 175) l'auteur utilise la loose au lieu de la lose (pourtant utilisé correctement plusieurs fois dans le reste du livre, cela m'agace presque autant que l'utilisation de programmateur au lieu de programmeur).

Un recueil talentueux pour vous faire découvrir et aimer la littérature. Bon avec moi il est en terrain conquis mais tout de même c'est particulièrement plaisant de lire ces présentations ...Bizarre pour Hermann Hesse de n'avoir pas cité Le jeu des perles de verre, Essai de biographie du Magister Ludi Joseph Valet accompagné de ses écrits posthumes, publié en 1943, alors qu'Hesse était blacklisté pour certains de ses ouvrages par les nazi, et qui lui a valu, pour une grande part, le prix Nobel de Littérature en 1946 (remarquable pour un allemand et vu l'époque, exploit selon F.B. lorsqu’on est le contemporain d'Adolf Hitler, et j'ajouterais lorsqu'on porte le même nom que Rudolf Hesse, représentant du NSDAP). Et je ne dis pas cela uniquement parce que je l'ai lu, mais pour la profondeur du thème traité, portant la culture à son plus haut niveau de raffinement. Surpris aussi lorsque F.B. parle de Brautigan et qu'il omet de citer Dreaming of Babylon: A Private Eye Novel (1942 ), Un privé à Babylone en français. Et je ne dis pas cela parce que je l'ai lu (en anglais) mais par le succès de cet ouvrage en particulier. Un recueil éminemment sympathique. Dommage que l'auteur ne me l'ai pas fait relire je lui aurait proposé quelques améliorations (oui, moi aussi je peux me la péter).

Note : AAAA

Article écrit en écoutant l'album Hymn to the Immortal Wind de Mono.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire