samedi 5 mars 2016

Double fond de Jason Lutes

Double fond de Jason Lutes (Delcourt, 1997, 144 pages)

Une histoire à plusieurs tiroirs, entre un prestidigitateur au chômage admirateur d'un ancien illusionniste à la retraite qui s'échappe régulièrement de l'asile pour vieillards, et qui rencontrent un père et sa fille dans le besoin, se crée une histoire touchante sur fond de misère sociale.

Je l'avais trouvé en farfouillant dans la Bourse aux Livres de Mer, séduit par le dessin ligne claire et parce que cela parle de magiciens, un sujet qui m'avait passionné à un moment mais qui demande un temps très important. Je me rappelle travaillant les comptages optiques, le comptage Elmsley, ou certains tours particulièrement ébouriffants.

L'interaction entre les différents personnages, tous étant plus ou moins dans la mélasse est assez réussie. J'ai apprécié le clin d’œil à Hergé (page 79, qui est une des cases du Trésor de Rackham le Rouge, page 9, à noter la présence du miroir qu'Haddock va casser) ou à Houdini (Ehrich Weiss dans la vraie vie et roi de l'escapologie, activité que pratiquait le frère décédé dans cette histoire). Un titre évocateur : toucher le fond, mais aussi le frère "suicidé" au fond d'une rivière et aussi un "truc" de magicien (double fond pour dissimuler quelque chose), bref on sent que l'auteur a bien réfléchi à son affaire, à la construction, notamment les enchainements des cases. Peut rappeler aux passionnés les préceptes de Scott Mc Cloud dans son célèbre ouvrage théorique sur la BD, L'Art Invisible.

Note : AA

Article écrit en écoutant l'emballant Epitaph de Moriarty.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire