jeudi 14 avril 2016

Il est avantageux d'avoir où aller d'Emmanuel Carrère

Yi King Manual
Il est avantageux d'avoir où aller d'Emmanuel Carrère (P.O.L., 546 pages, 2016)

Incipit :
 Les  21 et 22 novembre derniers, un garçon de vingt et un ans, Franck B., comparaissait devant la cour d'assises de Melun pour avoir tenté de tuer Hélène R., sa mère naturelle. Voici leur histoire.

Un recueil, assez fourni, d'articles depuis les années 90 et qui sont parus dans divers journaux ou magazines, dont certains ont disparu tel L'évènement du Jeudi.

Un mélange qui a une certaine cohérence, tournant autour des centres d'intérêts ou passions de l'auteur, cela va de la mini-biographie (Philip K. Dick, Alan Turing), à des livres, comme par exemple le livre culte L'homme dé ou ceux de Philip K. Dick, à ce titre il donne autant, sinon plus, envie de lire des livres dont il parle que Frédéric Beigbeder, mais aussi sur la Russie, avec des points de vue très riches, des rencontres étonnantes (Limonov, dont il écrira une biographie) aux chroniques judiciaires (c'est le cas du premier chapitre) ou sociales, sur Emmanuel Carrère (ce qui n'est pas un reproche, sa vie est intéressante, et là c'est un peu tout au long des articles, mais d'une introspection qui enrichit, qui n'est pas là pour juste en mettre plein la vue), des articles qui ont donné un livre (Sur l'affaire Roman ou Philip K. Dick), des lieux de rencontre parfois étonnant (Davos ou une ville au fin fond de l'Ukraine). Il se met souvent en scène, ce qui ne me gêne pas du tout, ce n'est pas toujours à son avantage d'ailleurs, comme lors de l'"interview ratée" avec Catherine Deneuve mais où il ressort des choses de l'ordre de l'intime tout à fait captivantes. Il a l'art de retomber sur ses pattes, un peu comme un chat. La rencontre avec l'homme dé est assez savoureuse, cela m'aurait plu d'être présent.


Un peu égo-centré mais bien écrit, touchant parfois, sincère, séduisant, qui incite à la découverte et à l'ouverture. Rafraichissant, dépaysant, édifiant, un bonheur de lecture. Il a l'art de raconter, et c'est peu dire. Si j'ai l'occasion de le rencontrer j'aurais certainement cette phrase d'une banalité affligeante, "J'aime bien ce que vous faites", et pourtant derrière cette phrase il y aura une sincérité totale, et pourquoi faire compliqué ? Après tout j'ai aussi apprécié Le Royaume, et sa biographie de Dick.

Note : AAAA

Article écrit à l'écoute de sons isochrones (Stress Relief with Isochronic Tones de Mind Amend). Il m'arrive d'écouter aussi Cognition Enhancer ou un orage de la forêt Amazonienne, rassurez-vous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire