dimanche 1 mai 2016

Mastering VMware vSphere 6 by Nick Marshall

Mastering VMware vSphere 6 by Nick Marshall (Sybex, 810 pages, 2015)

Là c'est pas un roman. De la technologie pure. Mon travail m'incite à me former régulièrement, surtout lors de la mise en place de nouvelles architectures.

Je suis en plein projet d'installation d'une archi VMware, avec plusieurs nœuds Esxi et quelques centaines de VM. La mise en œuvre ayant commencée bien avant la formation, j'ai potassé (y' pas d'autres mots) ce pavé sur vSphere 6, depuis 2 mois maintenant. Cet ouvrage Sybex est très bien conçu, rappelant quelques notions générales afin de les implémenter au mieux. C'est une présentation assez complète de la suite logicielle VMware, des contraintes de licence, du ballooning entre Host et OS Guest, du HA (High Availability), du FT (Fault Tolerance), du DRS pour répartir automatiquement les VM et j'en passe, le but étant d'exploiter au mieux, via la virtualisation, les ressources disponibles avec un haut de niveau de service. La virtualisation permet aussi une souplesse très pratique pour la maintenance, le déploiement rapide, les demandes de ressources à des moments clés.

Ayant suivi (enfin) la formation, on voit rapidement la différence entre la théorie, un ouvrage de référence, et la confrontation au réel, car l'interface est assez fouillée (l'utilisation du client lourd et léger n'aidant pas car ayant chacun leur particularité), et la convergence concentre au travers d'une interface un ensemble de technologie et de concepts (gestion d'OS, vm ware tools, stockage [iSCSI, San, etc], réseau, haute disponibilité etc) avec la quantité (plusieurs centaines de machines virtuelles) qu'il faut gérer. Bien sûr il y a les balises, les vues (dossiers), le regroupement avec des clusters, l'usage de PowerCLI pour des opérations sur des groupes,  mais l'outil seul peut atteindre ses limites et il peut être utile de l'associer avec des outils tiers comme Veeam ONE pour avoir un dashboard de supervision.

En tout cas un excellent ouvrage pour débuter sur vSphere 6, difficile de faire mieux. Le bon complément est de faire des TP sur une archi de test et de valider les connaissances et s'assurer une bonne compréhension. On s'aperçoit aussi lors de la mise en pratique de limites de performances, faire un vMotion peut mettre un certain temps, lancer plusieurs tâches lourdes n'est peut-être pas approprié, etc. L'ensemble est tout de même assez complexe, des contraintes diverses peuvent s'en mêler, que les versions de VMware modifient. Par exemple en vSphere 6 il est possible de faire du Fault Tolerance avec du thin disk, ce qui n'était pas possible dans les versions précédentes.

L'amusant est que j'ai suivi la série Netflix Sense8 (en V.O.) qui parle de Cluster et de sharing, des notions de virtualisation justement. Enfin cette frénésie d'informatisation à outrance de nos sociétés serait fortement mise à mal ... sans électricité, voir Black Out. L'électricité devient un S.P.O.F. (Single Point Of Failure) comme le tout nucléaire français.

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire