dimanche 1 mai 2016

Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre

La Vérité est ailleurs
Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre (Albin Michel, 279 pages, 2016)

Incipit :
A la fin de décembre 1999 une surprenante série d'évènements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Aux alentours de Beauval, Antoine, 12 ans s'amuse avec des copains. Il se retrouve quasiment seul à l'arrivée d'une playstation chez l'un d'eux, sa mère l'interdisant de jeux vidéos. Il s'attachera à Ulysse, le chien des voisins. Souhaitant retrouver son groupe d'amis, il va construire en secret une cabane dans un arbre. De temps en temps, Rémi, 6 ans, vient le voir mais doit garder le secret.  Un jour Ulysse va être renversé par un chauffard, et le voisin achèvera l'animal d'un coup de fusil. Témoin de la perte de cet ami animal cela aura des conséquences désastreuses sur Antoine.

Un livre sur le remords et la culpabilité qui rongent mais pas seulement, c'est aussi le portrait d'une petite ville, des rumeurs et comment grandir et s'affranchir d'un destin qu'on estime médiocre et sans avenir. Surtout peut-être le thème de l'incertitude, où personne ne détient toutes les clés, ce qui peut réserver des surprises. A ce titre la fin est assez intéressante. Moins ambitieux qu'Au revoir là-haut que je préfère, mais Trois jours et une vie reste un bon roman. Je n'ai pas tout de suite compris le titre mais à partir de la deuxième puis de la troisième partie cela devient limpide ...


Note : AAAA

Écrit en écoutant le concerto n°5 (L'Empereur) in E-flat major, Op. 73 Adagio Un Poco de Beethoven.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire