dimanche 17 juillet 2016

Le Sculpteur de Scott McCloud

No Skultur !
Le Sculpteur de Scott McCloud (Rue de Sèvres, 2015, 485 pages)

L'histoire d'un personnage qui se cherche, cyclothymique, maniaco-dépressif, suicidaire, qui passe un contrat Faustien (Une vie raccourcie en échange d'un vœu exaucé) mais je n'ai pas vu l'intérêt pour la Mort, à part symboliser l'instinct de mort dans toute création ? Car dans Faust l'âme est volée par le Diable. La Mort n'est pas le Diable, et le prix à payer est bien différent. D'un autre côté le Temps va à l'encontre de tout artiste qui souhaite se réaliser et se dépasser. Mais la Mort n'est pas vraiment pressée. C'est peut-être le point faible de l'histoire. Je trouve d'ailleurs que la Mort, sous forme de l'oncle, ressemble à Stan Lee (hommage ?, clin d’œil ?, délire fantasmatique de ma part ?).

Je me suis laissé emporter par ce récit sur l'acte de création, sur l'imaginaire, avec les mains qui façonnent, qui créent, la sculpture étant le point central car c'est la vie du héro mais aussi la Vie au sens large.

Vient se glisser une histoire d'amour touchante avec une bipolaire, car la Vie c'est aussi l'Amour, puisqu'on engendre, on se reproduit, on laisse quelque chose pour les générations futures, bref que de points communs avec la sculpture !

Lu en une soirée car je ne pouvais pas le lâcher, ce qui, au delà de quelques remarques de fond, est plutôt signe d'une réussite. Le dessin est travaillée (angle, perspectives, ombrages, etc) et soutient un conte moderne, l'ensemble étant tout à fait honorable. Une belle découverte et un bon moment.

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire