vendredi 1 juillet 2016

Trilogie Meteors de Fred Duval et Philippe Ogaki

Maman t'es où ?
Meteors Tome 1 : Le règne digital, Tome 2 : Les néoquantiques, Tome 3 : La faille Karpov de Fred Duval et Philippe Ogaki (Delcourt, 60 pages, 2008 à 2010)

On dirait une ampoule 10W, non ?
De la science fiction que j'aime, un scénario plein de suspense, de bonnes idées, des personnages intéressants, une réflexion sur les intelligences artificielles et des conséquences possibles, un soap opéra moderne.

Attention je freine !
Cela se lit bien, la lutte entre les espèces humaines et numériques et bien menée, même l'idée de hiérarchie entre les I.A. (Les Turing et les néoquantiques) vaut le détour.

Mais voilà, un gros bémol. Je vous raconte, ces BD m'ont été prêtées, jusque là rien d'ébouriffant, j'arrive au troisième volume et je me dis "Mais pourquoi Emmanuel ne m'a donné que les trois premières ?", pas grave je bondis tel le puma en période prénuptiale sur la recherche en ligne de la suite ... qui n'existe pas. Sérieux ? WTF ? Hé oui il semble que cela s'arrête sur une fin dite "ouverte", d'où la trilogie du titre de cet article (spoiler alert, too late), et pour le dire en peu de mot, je suis pas très fan des fins dites "ouverte". Je dirais même que dans ce cas précis c'est pas loin de la nervous breakdown, s'arrêter en plein élan alors que je m'attendais à une saga style Valérian et Laureline, c'est douloureux (aïe, j'ai mal).

Pour l'évaluation, je suis mitigé (enfin, mon avis l'est), je ne peut pas mettre 5 'A', ni 1 seul. J'ai une idée, débrouillez vous ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire