vendredi 30 septembre 2016

Guerilla de Laurent Obertone

This is the end
This the end, my only friend
Guerilla Le jour où tout s'embrasa de Laurent Obertone (Ring, 414 pages, 2016)

Incipit :
Que le ciel s'obscurcissent et tu seras seul. -- Ovide
La courneuve, 17h
Dans ce trou vivaient des hommes.
Des barbares, comme ils s'appelaient eux-mêmes.
Cette cité était leur territoire. Un quartier redoutable, le plus craint de la ville, et peut-être du pays.
Un thème très actuel en ces périodes troublées, aux idéologies marquées, aux actualités anxiogènes. Et si les émeutes de 2005 ne s'étaient pas arrêtées mais au contraire s'étaient amplifiées avec des terroristes islamistes en plus ? Ah oui, clairement, ça craint du slip.

J'aime bien les films catastrophes (La Tour infernale mais aussi The Road), les livres catastrophes (La Mort Blanche de Franck Herbert, etc), le post-apolyptique (films, jeux vidéos, livres, BD etc) et donc naturellement ce livre m'a tenté.J'avais déjà lu Utoya, du même auteur, très bon livre, glaçant, efficace qui m'a aussi fait comprendre que nous n'étions plus habitués à des agressions violentes et meurtrières (donnant raison en cela à Dominique Venner et son Un Samouraï d'Occident).

Mais là je suis un peu déçu, le style un peu lourd, trop ironique, pamphlétaire, les personnages à peine esquissés, manquant de profondeur (par ex le Président, réduit à la caricature de sa com'), très idéologisés, très polarisés, le manque de point de vue différencié, la description de l'ensemble de la société déliquescente qui manque de crédibilité, sur ce dernier point j'ai été plus convaincu par la structure d'un Black Out par exemple. Bon c'est efficace mais manque complètement de subtilité. Fait un peu roman de gare ou série B. L'intérêt du livre réside plus dans sa résonance avec l'actualité, pourquoi pas.

Ce qui peut inquiéter c'est que ce scénario est plus probable (et pas pour autant fortement probable j'espère !) que celui de Houellebecq dans Soumission). Se lit bien quand même. Fait un peu flipper aussi.Va plaire aux survivalistes de tout poil ainsi qu'aux catastrophistes. Aurait bien plu à Maurice G. Dantec !!!

Note : AA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire