dimanche 27 novembre 2016

Je te vois de Béatrice Shalit

The show must go on
Je te vois de Béatrice Shalit (Julliard, 177 pages, 2015)

Incipit :
Eva
En face de chez moi, s'élève depuis ce matin une grue bleue. Les travaux ont commencé en janvier cette année. Mais cette grue est une nouveauté. Nous sommes en juin et je me suis habituée à voir de ma terrasse œuvrer les hommes du chantier.

Une femme, psychanalyste de profession, veuve, ses deux enfants, un chantier devant chez elle et une histoire qui tourne, chaque personnage donnant son point de vue ou une partie de l'histoire, autour de ce chantier. Une écriture intéressante, des personnages atypiques, une histoire assez courte et  de lecture aisée. Déjà j'ai pu lire je ne vais pas me plaindre, j'avais du mal à commencer un nouveau roman et avec celui-là j'ai accroché. La comparaison en quatrième de couverture avec Fenêtre sur cour d'Hitchcock me parait assez abusive, pour ne pas dire mercantile.

Je l'ai emprunté au Club de Lecture car il était recommandé par un membre du Club mais aussi parce qu' Eva, un des personnages principaux, est psychanalyste. Et comme en ce moment je potasse de la psychologie ... Mais bien que psychanalyste elle a tout de même du mal à décoder ses propres affects. L'émotion sans doute.

Un roman qui se lit, sans être exceptionnel. M'a quand même donné envie de découvrir d'autres livres de cette auteure.

Note : AA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire