dimanche 16 avril 2017

L'Antéchrist suivi de Ecce Homo de Friedrich Nietzsche

La bible de Satan
L'Antéchrist suivi de Ecce Homo de Friedrich Nietzsche (Folio Essais, 338 pages,1990)

Incipit :
Regardons nous en face. Nous sommes des Hyperboréens -- nous ne savons que trop à quel point nous vivons à l'écart. « Ni par mer, ni par terre, tu ne trouveras la route qui mène chez les Hyperborréens » : voilà ce que Pindare savait déjà de nous.
En fait ce livre qui en recueille deux ne fait réellement que 195 pages, le reste étant un corpus de dates, évènements, notes et variantes : en clair pour l'étudiant fanatique/obsessionnel à la vie rangée non dissolue dont l'hygiène de vie se rapproche de celle d'un anachorète que celle d'un sybarite de surcroît dissolu).

Direct, roboratif, Nietzsche n'y va pas avec le dos de la pelleteuse (surtout pour Antéchrist), il maîtrise assez mal le politiquement correct (n'existait pas à l'époque ? ha ha je plaisante), il cultive l'art de l'opposition, des propos violents mais argumentés sur lit d'ego-centrisme exacerbé (il se prenait pas pour une truffe le bonhomme, assez enflé du melon) mais cela en fait paradoxalement (ou pas après tout) une lecture très très rafraîchissante qui oblige, sous ses coups de butoir au C4, à réfléchir. La particularité de cette lecture est qu'elle s'est égrenée au fil des mois dans un bar (tout les samedi matin). Vous allez me dire, "Mouais ... et alors ? On s'en tamponne le coccyx contre les palétuviers". Ok, pas faux. Quant à Ecce Homo cela permet d'avoir un guide de lecture sur ses œuvres et de remettre d'aplomb quelques écarts d'interprétation préjudiciable à l'auteur (trop marrant). Bon tout cela m'a redonné envie de lire Ainsi parlait Zarathoustra ... Mais là je suis dans Désorientale (Dans la liste du Prix Roblès de cette année) et pour l'instant c'est un coup de cœur.

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire