samedi 27 mai 2017

Des hommes sans femmes d'Haruki Murakami

Des hommes sans femmes d'Haruki Murakami (Belfond, 294 pages, 2017)

Incipit :
Kafuku était monté un certain nombre de fois dans des voitures conduites par des femmes et son expérience l'amenait à classer les conductrices en deux catégories : celles qui étaient un peu trop agressives et celles qui étaient un peu trop prudentes.

Recueil de sept nouvelles, toutes intéressantes, même si celle utilisée dans le titre de ce recueil est justement celle que j'ai appréciée le moins de l'ensemble. Variation sur le thème de l'amour, de la relation homme-femme, entre éloignement, imaginaire, tromperie, incompréhension, douceur, fantasme (l'excellente nouvelle Shéhérazade) et bien sûr l'étrangeté (Le bar de Kino qui pourrait rappeler l'ambiance d'un Lynch). La manière de parler des sentiments m'a rappelé Zweig, auteur que j'aime beaucoup. Avec comme souvent le jazz, un bar, entre autre thèmes liés à la vie de Murakami lui-même.

La nouvelle qui s'intitule Samsa amoureux où un Gregor Samsa se réveille dans une pièce désolée mérite une attention particulière, notamment sur le renversement de la situation, par rapport à La Métamorphose de Kafka, en rendant étrange, insectoïde (car analysé comme le ferait en entomologiste), l'humain qu'il semble être devenu. Murakami se garde d'ailleurs bien de dire qu'un insecte se serait transformé en Gregor Samsa, trop évident, trop réel, trop direct, avec un pouvoir bien moins évocateur que d'éluder ce point.

Bref un bon Murakami, étoffé d'une très belle couverture, le chat, à l'encre, est superbe ! Bon je vous laisse je suis en plein dans le dernier Despentes, Vernon Subutex tome 3 !!!!!!!!! Un an d'attente ...

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire