jeudi 25 mai 2017

Pour en finir avec Mein Kampf de David Alexandre, Philippe Coen et Jean-Marc Dreyfus

Publicité pour respectzone.org
Pour en finir avec Mein Kampf Et combattre la haine sur Internet de David Alexandre, Philippe Coen et Jean-Marc Dreyfus (Le bord de l'eau, 118 pages, 2016)

Incipit:
La soif de domination se nourrit de haine et s'exprime par la violence pour la conquête de certains pouvoirs. L'Histoire fournit de nombreux exemples, confortés par des ouvrages consacrés à mobiliser dans cette seule détermination criminelle.

Livre un peu fourre-tout (Hitler, Mein Kampf, les haters, les internautes, la lutte contre le racisme, la liberté d'expression, les lois, les zone de "non droits", l'Histoire, publicité pour un mouvement etc), utilisant des mots clés englobant passe-partout (la "haine" qui recouvre aussi bien les propos haineux que la bêtise, les trolls, l'immaturité de certains, la provocation, etc) et donc réducteurs, livre qui n'est pas clair sur ses positions (liberté d'expression/contrôle, faire connaitre Mein Kampf/l'interdire), n'hésitant pas dans le contre-sens (page 80 vision orwellienne = communisme numérique, c'est mal connaitre l'auteur de 1984 dénonçant nazisme et stalinisme), orthographiant Mélenchon Mélanchon (page 75), s'inquiétant du complotisme pour (Page 76) en suggérer un (!?!!) avec un Führer à la clé, un complot reductio ad hitlerum par ailleurs dénoncé, un livre proposant d'éduquer tout en souhaitant effacer les traces du nazisme et donc in fine en détruire les preuves (haro sur les ventes historique, de memorabilia et les collectionneurs) et donc renforcer le négationnisme (quoi de plus éclatant comme preuve qu'un emballage de Zyklon B en parfaite opposition aux thèses négationnistes d'un Faurisson ?), c'est d'ailleurs toute l’ambivalence entre la LICA souhaitant initialement la diffusion de Mein Kampf et la LICRA souhaitant de nos jours son encadrement voire son interdiction, un livre qui offre des points de vues principalement basés sur du quantitatif (le volume des ventes, le succès de librairie) et nous laissant foncièrement sur notre faim quant au qualitatif (avoir Mein Kampf chez soi cela veut-il dire l'avoir lu ? être d'accord avec ses thèses ? l'avoir pour des raisons de recherche ?  de compréhension ? d'idéologie ? etc.) avec ce livre vous n'en saurez rien. Il mélange anonymat et pseudonymat, ne développe pas sur la loi Godwin (page 75), dit page 71 que la LCEN régit Internet (!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) ce qui est totalement réducteur pour ne pas dire d'un comique involontaire et en plus en contradiction avec les zones de non droits par ailleurs dénoncés.  Il aurait été plus intéressant de développer sur le symbolisme disproportionné lié à cet ouvrage au point où le traducteur pour l'édition universitaire commenté pour le compte de Fayard semblait contaminé par Mein Kampf (?!) et limite mystique (dans un article de presse dont je n'ai pas gardé la trace). Car l'être humain n'a pas attendu Mein Kampf pour se massacrer et encore de nos jours il continue de se battre et d'exterminer.

Le titre est trompeur à plus d'un titre (bis repetita), car à sa lecture, qui peut croire en finir avec Mein Kampf ? Lorsqu'on prêche une éthique et que ce livre vous invite à rechercher sur l'internet et à télécharger Mein Kampf n'est-ce pas un peu contradictoire ? Pour au final placer un produit, car il s'agit de faire la promotion d'un code de comportement, comme si la plupart des sites et forums n'avaient pas une charte de bonne conduite excluant tout propos choquant ou haineux. Cela fait penser à la technique du pied dans la porte, technique marketing bien connue, le sujet semble être Mein Kampf et les stratégies pour en finir, pour accoucher d'un code de conduite, tout à fait louable au demeurant, mais peu révolutionnaire sur le fond, voire d'une naïveté confondante. La quatrième de couverture dévoile le stratagème mais je trouve cela un peu curieux. Un côté assez candide où  il suffirait d'opposer à un discours haineux dans un forum une phrase de Paul Ricoeur (Page 99) : "C'est dans l'analyse du respect qu'est contenue toute la philosophie kantienne de l'existence d'autrui". Dites cela dans un forum où des propos haineux se tiennent et vous me direz le résultat (bonne chance). C'est le côté Bisounours du livre. A rajouter aux suspicions gratuites, la plus étonnante étant, page 74, d'asséner que même dans les forums de l'Internet "noir" (oulala l'internet noir ???, musique dramatique), il y a des commentaires haineux. Forums non seulement privés (déjà là pas facile d'y accéder) mais, encore mieux, ultra-privés (encore plus dur d'y entrer !!!), que même les services les plus spécialisés peinent à pénétrer (c'est moi qui souligne)....  mais que les auteurs, plus malin que les autres, arrivent à pénétrer facilement, à analyser, à étudier et sourcer par des recherches sociologiques. Hein ? ben non rien de tout cela, une assertion gratuite comme plein d'autres et qui dessert le propos car s'appuyant sur de la rhétorique complotiste bon teint.

Pour des juristes, encore de nos jours asséner qu'Internet est une zone de non droit est surprenant, qu'il soir difficile d'y faire appliquer la loi tout le temps et partout, oui, très certainement, mais une zone de non droits, non, et les auteurs de rappeler les innombrables lois qui peuvent s'y appliquer. Ils demandent à la société civile de faire respecter la loi, ce qui n'est pas son rôle (et ferais à lui seul tout un débat), ou encore accuse l'internet de tous les maux, un peu comme accuser le marteau ayant servi à tuer sa voisine, cela occulte, à bon compte, une réflexion plus large et sur les sources, chez l'homme, de la violence, .... et de la connerie, incommensurable. qu'ils aillent dans un pays où l'internet est contrôlé ils vont vite voir si c'est une zone de non droits. Qu'ils discutent avec des journalistes turques qui sont dans l'opposition et ils verront sur les lois martiales ne s'appliquent pas. Des femmes sont battues tous les jours, des homosexuels continuent d'être exterminés dans certains pays. Le mal est bien plus profond, plus humain, plus animal. C'est le moment de citer D.H. Lawrence :

L'humanité n'a jamais dépassé l'étape de la chenille, elle pourrit à l'état de chrysalide et n'aura jamais d'ailes.

David Herbert Lawrence

La bibliographie est intéressante, notamment en citant le livre de Mein Kampf histoire d'un livre de Vitkine. Alors c'est pas parce que j'ai trouvé ce livre superflu qu'il n'est pas intéressant pour autant, il soulève de vrais problèmes, il interroge, et, je me répète, son but, à savoir rendre l'internet plus supportable, est louable. A vous de voir mais je trouve d'autres ouvrages bien plus intéressants et mieux argumentés. Et non les autres ouvrages comme Le protocole des sages de Sion (faux utilisé dans la propagande antisémite) n'est pas en concurrence (mot malheureux, à mon sens, employé dans ce livre !!) de Mein Kampf mais plutôt ils se renforcent (et c'est bien le plus triste).

Note : A

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire