mardi 2 mai 2017

VIP de Laurent Chalumeau

VIP de Laurent Chalumeau (Grasset, 270 pages, 2017)

Incipit :
A présent, dans le dressing, ils fouillent ses tiroirs à lingerie. Là, celui où elle range ses culottes. Même cinéma que juste avant avec ses soutiens-gorge : sortant les strings, les dépliant, ricanant, vannant sur la quantité de tissu utilisée et le prix inversement proportionnel que ça doit coûter.

Nan mais j'y crois pas que ce bouquin est trop de la bombe, un rail de coke pure à 110%, s'avale comme un lexo, man, planes à 20000 genre masque à oxy direct sur le pif, truffe direct dedans toutes vannes ouvertes, qui t'éjecte le brain dans un flipper à orgasme. T'aimes le Cluedo ? Avec le colonel ketchup qui dégomme à tout va au semtex ? T'aimes régler tes petits soucis quotidiens au C4 ? T'es à la bonne piaule coco.

J'avais déjà lu une création de ce loustic, Bonus, et apprécié son ingéniosité syntaxique, lexicale, syntagmatique, et ta sœur, bref un travail et une recherche sur la langue en fonction du locuteur, ce qui donne un ton détonnant mais surtout assez drôle d'une certaine manière et heureusement, car avec des personnages d'un cynisme à vomir et la violence de certaines scènes cela permet, avec aussi le deuxième degré (très important, si vous en avez pas, lisez pas ce livre), de souffler tout de même un petit peu. Un thriller noir mais drôle quoi. Cela tombe bien j'aime rire. Un imbroglio où se trouve mêlée une actrice, un paparazzi, un garde du corps, un juge, un papillon asthmatique etc. et où on ne sait pas trop où cela va aller mais une galerie de personnage du tonnerre (peut-être à cause des explosions). Au passage une description au vitriol de notre société où pouvoir, argent, célébrité, ego font sauter joyeusement tout sens moral ou presque, car il y a quand même quelques personnages qui ont le sens de l'éthique mais tout juste ...

Bon, un petit bémol tout de même. Prenez des notes je répèterais pas. La fin m'a laissé sur ma faim, Un peu brutale. Pas de quoi noyer un poisson rouge mais m'a un peu refroidi (moins qu'un calibre 44, moins salissant ça c'est sûr) je m'attendais pas nooooonnnn plus à une leçon moralisante, hein, mais je sais pas, que cela laisse un peu plus de ... ou de ... mais là non, et

 Note : AAA

Ps : oui moi aussi je peux arrêter mes articles de façon brutale (lol)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire