samedi 17 juin 2017

Le fémur de Rimbaud de Franz Bartelt

Le fémur de Rimbaud de Franz Bartelt (Folio, 285 pages, 2013)

Incipit :
Autant jouer cartes sur table : je ne suis pas n'importe qui. Je ne l'ai jamais été. Solitaire, mais sociable. Taciturne, mais beau parleur. Intelligent, mais sans prétention. Plutôt beau garçon, n'ayons pas peur de la vérité, mais dénué de la vanité des bellâtres.
C'est fou ça comment l'auteur me connait si bien, j'aurais pu rajouter humble, modeste, génial, cultivé, raffiné, mais bon je ne vais pas chipoter.

C'est un peu La guerre des roses qui serait traité par Puértolas ou Jonas Jonasson. Bien sûr Franz Bartelt a son propre style et une manière toute à lui de camper un bonimenteur de génie et une femme psychopathe cyclothymique borderline, mais attention, à noter qu'elle est aussi légèrement asociale. Pour peu qu'il s'arrange pour qu'ils se marient et nous voilà parti pour une épopée délirante où  l'art de la manipulation comme celui de l'arnaque, atteint des sommets. Le début est pas mal puis à un moment cela part en vrille et c'est encore mieux. Un moment délicieux dans la folie des brocanteurs et des héritiers, ce qui est tout de même plus tentant que de parler porte-jarretelles et pizza quatre formages lors d'un saut à l'élastique.

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire