samedi 17 juin 2017

Sharko de Franck Thilliez

Sharko de Franck Thilliez (Fleuvenoir, n pages, 2017)

Incipit :
L'homme avait trouvé son maître sur l'échelle des prédateurs : le requin, fruit de millions d'années du travail de la nature, remarquable conclusion d'une évolution sans faille. Une machine aux multiples rangées de dents, à la silhouette aérodynamique parfaite, capable de sentir une goutte de sang diluée dans une piscine olympique. Un générateur de peur.

Style toujours aussi percutant, efficace, qui va direct aux tripes, accès direct au cervelet, décharge d'adrénaline, on est pas ici pour faire dans la dentelle mais dans le brutal, dans le viscéral, lire Thilliez c'est se baigner dans une piscine qui aurait servi d'abattoir clandestin, remplie d'abats (humain sinon le seuil de l'horreur n'est pas atteint), en sirotant un liquide dont on apprendrait plus tard qu'il est létal. Un scénario bien ficelé, comme les victimes ha ha, et où, comme très souvent, il est possible de se cultiver. Je ne peux vous dire sur quoi cette fois-ci sans dévoiler une partie de l'intrigue.

En revanche j'ai été assez surpris de lire, à plusieurs reprises,  que les douilles étaient en étain (?!?). Bon prince (j'ai tout de même failli m'étrangler), je passe sur le vocable qui devrait être étui (inférieur cal 14) et surtout en laiton (même si d'autres matières sont possible c'est la plus répandue quand même).  Si j'en ai l'occasion je lui poserais la question car quand même, pour un auteur qui fait dans le détail lorsqu'il s'agit de balistique, de médecine légale ou plus globalement sur tout ce qui touche à la police scientifique, c'est troublant. Plus dérangeant, fin limier que je suis, ayant passé 30 ans au MI5, 27 ans au GIGN, et étant consultant sur les théâtres d'opération du monde entier dont dernièrement l'Ile de Pâques,à un moment donné on a l'information sur un appel  cellulaire : lieu et horaire, alors là super facile, pour quelqu'un de métier comme moi mais même pour Oui Oui, demande à l'opérateur des relevé de la tour cellulaire la plus proche. Et là ... ben non, enfin si, beaucoup plus tard. Et on y crois pas une seconde de la part d'un policier chevronné, qui pense autoroute et pas opérateur ?????? Je sais qu'on simplifie et que des professionnels y trouverait à redire sur plein de chose mais quand même là c'est pour le moins surprenant pour un novice comme moi (Oui pour le GIGN et le MI5 vous oubliez).

Il n'en reste pas moins que c'est un thriller qui se laisse dévorer (comme les victimes ha ha).

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire