dimanche 2 juillet 2017

Dans l'ombre d'Edouard Philippe et Gilles Boyer

Dans l'ombre d’Édouard Philippe et Gilles Boyer (JCLattès,400 pages, 2011)

Incipit :
Mardi 16 février, 11 h 15
Pinguet sait qui a truqué le vote du 15 septembre. Pinguet pourrait parler. Mais Pinguet est mort. Curieux, non ?

Curieux n’était pas le mot.
Le message était bref. La voix ne m’évoquait rien. Un homme, sans accent, parlant lentement. Le numéro était masqué et le petit Caligny ne voyait pas de qui il pouvait s’agir.
À notre arrivée, une fois le Patron éloigné, il m’avait tendu son portable et j’avais écouté le message en affectant le calme le plus absolu. Mais j’étais sur le cul.
Le scrutin du 15 septembre, c’était le vote des militants grâce auquel le Patron avait été choisi comme candidat du parti à la présidentielle. Notre primaire.

La campagne d'un candidat à la présidentielle au travers de son bras droit ...

C'est un peu parce qu'il est devenu Premier Ministre (Je parle d’Édouard Philippe) et que Le Un a fait un article sur le quotidien des parlementaires et a proposé un extrait de ce livre que je me suis mis à le lire.

Le cynisme dans toute sa splendeur, l'art de la manipulation et de la communication dans toute sa complexité, l'Art de la guerre en politique et toutes ses ramifications et chausses-trappes. Cela sent le vécu (et pour cause !) mais c'est tout de même une histoire assez prenante et un final digne d'un thriller ! Les différends personnages sont bien campés et on y croit !

Les description truculente d'un milieu, descriptifs assez vachards, j'en conviens, des relations si particulière de ce milieu où il faut avoir le cuir épais. La sélection naturelle des grands fauves de la testostérone. La couverture rouge sang n'est pas due au hasard.

Dans le genre, les bas fonds de la politique politicienne esprit français, c'est très réussit !!! Les deux compères en ont écrit un autre (L'heure de vérité), qui semble antérieur, avec un lien possible avec ce livre-ci ... Zut, j'aime bien lire dans l'ordre ...

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire