dimanche 23 juillet 2017

Journal d'un vendu de Freddy Legrand

Journal d'un vendu de Freddy Legrand, annoté par Antoine Bruneau, série Histoire intime (Anovi, 501 pages, 2016)

Incipit :
 20 novembre 1941
Me voici en zone libre depuis le 13 novembre ce qui fait environ 11 jours.
J'ai repassé la ligne sans trop de difficultés. De Nevers à Chagny par le train de 8h05 à Nevers. Voyage sans incident.
Le journal, écrit sur plusieurs cahiers à l'origine, d'un français qui se considère comme un raté et une vendu. Le titre de ce livre est repris d'ailleurs in extenso des cahiers même. Les pensées, les idées, le quotidien d'un français qui a choisi de collaborer avec l'Allemagne nazie et qui s'est engagé volontairement dans la LVF. Ce n'est pas un essai, ni un roman mais un témoignage d'autant plus précieux qu'il est rare et qu'il ne s'agit pas d'un témoignage à postériori ni initialement conçu pour être édité. L'éditeur prend beaucoup de précautions (Note de l'éditeur) pour qu'il ne lui oit pas reproché toute tentative larvée de faire le jeu de l'extrême droite ou d'avoir des idées proches de celles ici énoncées ce qui m'indique à quel point de tels sujets sont toujours de nos jours considérés comme sensibles ... C'est aussi assez bien écrit par une personne cultivée et comme également les lettres en annexe Pierre-Guy Delent.

Il est vrai que de toutes les périodes de l'histoire c'est celle de la seconde guerre mondiale sur laquelle je me suis le plus penché. Par sa proximité temporelle, parce qu'elle a façonné le XXème siècle et que cette période continue de s’immiscer encore au XXIème siècle dans les débats, la politique ou dans l'idéologie des partis (cf. supra pour la note de l'éditeur). On revit à travers les écrits de Freddy Legrand son quotidien de militaire, ses idées, ses sources d'inspirations, ses contradictions, son racisme latent alors qu'il s'intéresse beaucoup aux étrangers et à leur culture, les raisons de ses choix, enfin si l'on peut parler de choix tant sa solitude, ses frustrations avec les femmes, son rationnement, les difficultés liées à la guerre ont du aussi peser. C'est certainement sa conviction que l'Allemagne allait gagner qui l'a conduit à choisir la collaboration.

Il est toujours aisé de juger a posteriori, des années après, une fois que l'on sait comment cela s'est passé (avec la Shoah, la victoire alliée etc) mais au moment des évènements, dans un climat délétère, avec autant d'incertitudes sur l'avenir, je me suis posé plein de questions, par exemple aurais-je refusé d'aller au STO ?  C'est toujours facile, avec bonne conscience, mangeant à ma faim, heureux en amour, lisant à volonté, de penser que j'aurais été extraordinaire. Bon je le suis, la question n'est pas là, mais à cette époque, avec une vision du monde déformée, colonialiste, avec des mouvements politiques divers, des tensions fortes, l'aurais-je été ? Ce n'est pas tant cela que je cherche que d'essayer aussi de comprendre ces périodes étranges et disruptives. Avec des documents plus précis, qui ne survolent pas les grandes lignes, on s'aperçoit d'une complexité loin des affirmations et des simplifications de certains. Un jugement moral n'apporterait guère mais cette lecture m'a offert une prise de distance plus étoffée sur la question. Le plus éclairant étant les contradictions de pensées démontrant que les idéologies ne sont pas aussi lisses qu'on pourrait le penser. L'autre point éclairant c'est qu'une des raisons d'engagement dans la LVF était de lutter contre le bolchevisme. Une fois la guerre terminée, la case prison (s'ils n'ont pas été exécutés), puis pour se racheter on leur propose des guerres coloniales pour lutter ... contre le communisme !!!!!!!! Certes la situation a changée,, on entre dans la guerre froide, mais quand même cela donne à réfléchir. L'épuration aussi donne à réfléchir, des français se croyant innocents et justes qui tondent des femmes (qui ont ou auraient fricotés avec des allemands), se comportant comme des salauds, cela donne aussi à réfléchir.

Note : AAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire