samedi 8 juillet 2017

L'homme qui a défié Babel de René Centassi et Henri Masson

L'homme qui a défié Babel de René Centassi et Henri Masson (L'Harmattan, 339 pages, 2016)

Incipit :
Le front contre la paume de sa main gauche, Lejzer est penché sur son cahier. Il s'applique avec gravité. Dans une pièce voisine, ses trois petites sœurs jouent en criant, mais le garçonnet ne prête pas attention à leur tintamarre. Dans une calligraphie laborieuse, il trace sur le papier blanc les premiers mots de l’œuvre naissante : "Tragédie en cinq actes, par Lejzer Zamenohf." Il les relit à mi-voix, satisfait.
Une biographie de l'inventeur de la Lingvo Internacia, l'esperanto. On y a apprend qu'il a puisé dans son environnement proche pour avoir l'idée d'une langue commune, facile à apprendre, mettant tout le monde sur un pied d'égalité et qui permettrait, in fine, une paix mondiale.

L'aventure humaine d'exception pour une création unique qui a réussi et perdure encore de nos jours, où un homme de qualité, Zamenhof (droiture, honnêteté, idéalisme, tolérance, partage, humaniste, ..), a pu concevoir une langue artificielle qui a réussi à se hausser à la hauteur d'une langue naturelle (créations littéraires, romans, poésies, proverbes, chants, reconnaissance dans des instances dirigeantes, qualités soulignées par des penseurs célèbres et renommés, des linguistes, des écrivains comme Jules Verne, etc) une prouesse qui n'a d'égal que la réflexion globale d'une grande densité qui à la fois a pu accoucher d'une telle création mais qui suscite chez le lecteur la même démarche intellectuelle qui a permis cet exploit.

Le destin a pourtant été cruel, l'esperanto, est à son apogée au début du XXème, lors d'un énième congrès, alors que se déclare la 1ère guerre mondiale l'antithèse de ce que cette nouvelle langue représente. Et lors de la seconde guerre mondiale, une grande partie de sa famille sera décimée par les nazis. Mais l'idée de l'esperanto, qui dépasse celle d'une langue vernaculaire réduite à communiquer, a survécu à ses affres et mêmes aux purges Stalinienne. Quel tristesse d'ailleurs de constater que des criminels comme Hitler ou Staline soient plus connus que Ludvik Lejzer Zamenhof, que ces êtres méprisables, destructeurs, inondent les livres d'histoire au détriment des bâtisseurs. Quand on parle de devoir de mémoire de quel devoir, de quelle mémoire parle-t-on ? N'est-ce pas trop d'honneur pour ces tyrans responsables de génocides, de massacres que de remplir des étagères entières ? Pire, au détriment d'autres hommes qui ont lutté pour des idéaux nettement plus méritants ?

Ce livre permet de découvrir un nouveau continent ... Partez à l'aventure vous ne le regretterez pas ! Ce livre répondra à la plupart des questions que l'on se pose à propos de l'esperanto, et bien plus encore, pourquoi cette langue a été créée, quels principes sous-jacents la fondent, sa propagation autour du monde, existe-t-il une culture basée sur l'esperanto, est-ce une "vraie" langue, combien d'ouvrages existent au moins, existe-t-il des créations directement conçues en esperanto etc.


Note : AAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire