dimanche 29 octobre 2017

Chère Ijeawele de Chimamanda Ngozi Adichie

Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie (Gallimard, 84 pages, 2017)

Incipit :
Chère Ijeawele,
Quel bonheur. Et quels prénoms adorables : Chizalum Adaora. Elle est si belle. A peine un jour, et elle semble déjà curieuse du monde. C'est magnifique ce que tu as fait là, mettre un être humain au monde. T'adresser mes «félicitations» paraît bien peu de choses.
Une lettre à une amie souhaitant éduquer sa fille selon des principes féministes. Certains pourrait y voir un manifeste de plus. C'est surtout dans un style sensible, équilibré, harmonieux, la recherche d'une éducation sur des bases égalitaires au sens de non soumises à un arbitraire ou à une hégémonie culturelle/politique/sociologique à dominante masculine. Il ne suffit pas de proclamer être pour légalité homme-femme, ni de temps en temps faire la vaisselle, voire reprendre à bon compte quelques maximes sans se rendre compte qu'elles sous-tendent justement cette hiérarchie homme-femme.Tout changement passe par l'éducation, donc celle des enfants, encore faut-il se débarrasser de nos atavismes dépassés. 

Un texte court mais fort utile où, en quelques suggestions, est proposé un changement de vision et de logiciel afin d'avoir un monde meilleur et plus respectueux des uns et des autres. A une époque où le sexisme (et parfois pire) sévit, un livre salutaire que tout un chacun devrait méditer.

Merci Mélanie pour ce prêt.

Note : AAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire