dimanche 14 janvier 2018

Une vie sans fin de Frédéric Beigbeder

Le huit infernal
Une vie sans fin de Frédéric Beigbeder (Grasset, 348 pages, 2018)

Incipit :
Si le ciel est dégagé, on peut voir la mort toutes les nuits. Il suffit de lever les yeux. La lumière des astres défunts a traversé la galaxie. Des étoiles lointaines, disparues depuis des millénaires, persistent à nous envoyer un souvenir dans le firmament. Il m'arrive de téléphoner à quelqu'un que l'on vient d'enterrer, et d'entendre sa voix, intacte sur sa boîte vocale.

Déjà un beau titre sur la jaquette, une vis sans fin, une vie cent fins, une vie sans faim (sans soif/ sans désir donc sans souffrance comme dans le Bouddhisme), sur un ruban de Möbius, lui même infini. Sur la couverture même du livre, le ruban de Möbius disparait, certainement coupé par CRISPR-cas9, et on distingue le signe infini (en basculant à 90°) mais aussi ce qui a la forme d'un chromosome, qui plus est bicolore comme le yin/yang, Stendhal power, en rouge et noir j'exilerais ma peur, j'irais plus haut que ces montagnes de douleur ... (oui c'est Jeanne Mas) Du grand art pour un contenu sur le transhumanisme et la quête de l'immortalité, une quête vieille comme le monde mais qui, avec les NBIC (Nanotechnology, Biotechnology, Information technology, and Cognitive science) et les avancées récentes, fait l'objet d'un nombre d'ouvrage conséquent, comme par exemple Homo Deus d'Harari d'ailleurs cité dans le livre de Beigbeder. Comme souvent avec ce dernier, il y a pas mal d'humour, de mots grossiers, de dérision et d'auto-dérision, un peu égocentré tout de même, mais avec des formules qui font mouches, des tableaux de comparaisons assez bien trouvés, et surtout on ressent la confusion naissante dans les esprits dues aux possibilités proprement stupéfiantes des technologies actuelles et à venir et des choix qui peuvent, à proprement parler, changer votre vie et votre destinée. Au passage l'auteur nous fait comprendre ce qu'est la vie, une bonne vie, celle qui vaut la peine d'être vécue, c'est à dire le présent, avec sa famille, et non courir après des chimères. Oui mais voilà ces chimères vont peut-être devenir réalité dans très peu de temps. Les références cités (réelles) de livres, de penseurs, de scientifiques sur le sujet dont par exemple le livre Regenesis de George Church, font de ce livre une bonne introduction sur le sujet, aussi bien pour les points éthiques que politique comme l'eugénisme ou une nouvelle lutte des classes. On sent le côté pédagogique voulue par l'auteur (non ?). D'ailleurs encore un auteur (un de plus) qui confond loser et looser. Pffft ... Et qui traduit assez mal Deus du titre Homo Deus d'Harari. Des détails au final.

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire