dimanche 14 juin 2015

Vernon Subutex 2 de Virginie Despentes

Quoi ma gueule,
qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?
Vernon Subutex 2 de Virginie Despentes (Grasset, 383 pages, 2015)

Incipit :
Vernon attend qu'il fasse nuit et qu'autour de lui toutes les fenêtres se soient éteintes pour escalader les grilles et s'aventurer au fond du jardin communautaire. Le pouce de sa main gauche le lance, il ne se souvient plus comment il s'est fait cette petite écorchure, mais au lieu de cicatriser, elle gonfle et il est étonné qu'une blessure aussi anodine puisse le faire souffrir à ce point.
Vernon continue sa chute, il est SDF. Un groupe est toujours à la recherche des cassettes de Bleach. Ces dernières recèleraient la raison de la mort de Vodka Satana.

Au début un résumé de l'ensemble des personnages. C'est plutôt bienvenue car j'ai lu le premier tome il y a déjà pas mal de temps et lu plein d'autres choses depuis. Ma mémoire étant ce qu'elle est ...

Deuxième tome, donc, de la trilogie (suite de Vernon Subutex 1), peut-être encore mieux que le premier. Dans le premier Vernon était le personnage central, dans le deuxième il s'efface un peu et on s'intéresse à toute une galerie de personnages, leurs aventures, leurs émois, leurs destins croisés. Un véritable roman social se dessine avec ce deuxième volume, les personnages sont denses, ambivalents, l'auteur y glisse des réflexions qui font mouche sur notre monde qui se délite (les idées exprimées sont plus proche du Monde Diplomatique que de l'Expansion), avec un sens aigu de l'analyse, des phrases qui percutent, des images fortes qui font aussi sourire parfois mais qui ne sont pas dénuées de sens pour autant. Virginie Despentes a un véritable don pour décrire avec justesse la misère humaine et pas seulement la mort sociale. Plusieurs phrases pourraient servir d'aphorisme, certaines sont particulièrement tordantes. Pas de misérabilisme non plus, même si ce qu'elle décrit est d'une rare violence parfois.

Une excellente suite, j'attends avec impatience le troisième et donc la fin de cette saga. Les couvertures sont toujours aussi bien ! Bravo au graphiste.

Note : AAAA

samedi 13 juin 2015

La sélection OFF du Prix Emmanuel-Roblès 2015

Fascicule remis lors de la cérémonie
La sélection OFF du Prix Emmanuel-Roblès 2015 (La Halle Aux Grains, Blois, 2015)

Voilà la liste des romans qui ont été remarqués lors de la présélection du prix Roblès 2015 mais qui n'ont pas été retenu pour la sélection finale :

  • Un jeune homme prometteur, Gautier BATTISTELLA, (Grasset, 400 pages, 2014)
  • La terre sous les ongles, Alexandre CIVICO, (Rivages, 86 pages, 2015)
  • Meursault contre-enquête, Kamel DAOUD, (Actes Sud, 160 pages, 2014), Prix Goncourt du premier roman 2015
  • Prague faubourgs est, Timothée DEMEILLERS, (Asphalte, 160 pages, 2014)
  • Évariste, François-Henri DÉSÉRABLE, (Gallimard, 176 pages, 2015) que j'ai lu.
  • Le liseur de 6h27, Jean-Paul DIDIERLAURENT, (Au Diable Vauvert, 217 pages, 2014), que j'ai lu.
  • Après l'équateur, Baptiste FILLON, (Gallimard, 219 pages, 2014)
  • Debout-payé, GAUZ (Armand Gbaka-Bréké), (Le Nouvel Attila, 172 pages, 2014)
  • Le poisson pourrit par la tête, Michel GOUSSU, (Le Castor Astral, 219 pages, 2015)
  • Le clan suspendu, Étienne GUÉREAU, (Denöel, 480 pages, 2014)
  • De larmes et de lumière, Olivier GUY, (Éd. des Béatitudes, 319 pages, 2014)
  • Elio, Pierre LIEUTAGHI, (Actes Sud, 470 pages, 2014)
  • La fractale des raviolis, Pierre RAUFAST, (Alma, 264 pages, 2014)
  • L'odeur du minotaure, Marion RICHEZ, (Sabine Wespieser, 122 pages, 2014)
  • Le prix, Antoinette RYCHNER, (Buchet Chastel, 288 pages, 2015)
  • F., Luis SEABRA, (Rivages, 112 pages, 2014)
  • La maison russe, Tania SOLLOGOUB, (La Martinière, 172 pages, 2014)
  • La cité sans aiguilles, Marc TORRES, (Viviane Hamy, 140 pages, 2014)
 Le fascicule offre un résumé pertinent pour chacun, je compte en lire au moins deux autres de la liste. En tout cas bonne idée que cette liste OFF.

Note : AAAA

Le Prix Emmanuel-Roblès 2015

Le lauréat 2015
Le Prix Emmanuel-Roblès 2015 (La Halle Aux Grains, Blois, 2015)

Depuis la cérémonie d'hier soir on connait le lauréat du Prix Roblès 2015. Une sélection 2015 équilibrée, avec Karpathia de Mathias Menegoz qui s'est détaché à l'unanimité. Il était possible de suivre cette cérémonie en temps réel sur WebTVculture. Un très bon souvenir car beaucoup de complicité entre les auteurs et le public avec des moments très drôles. En particulier grâce à Miguel Bonnefoy qui a assuré le show, tout comme Pierre Demarty et dans une moindre mesure Mathias Menegoz. Béatrice Castaner et Pierre-Yves Leprince ont pu apporter un éclairage instructif sur leur œuvre. Quant à Philippe Lefait, égal à lui-même, il est toujours aussi bon comme interviewer, bref un excellent moment passé dans la joie et la bonne humeur.


Cérémonie préliminaire avec un représentant du Goncourt
M. Didier Decoin, M. le maire, Nicolas Clément ...
Le lauréat Mathias Menegoz
J'ai de suite préféré faire la queue pour une dédicace de Miguel Bonnefoy, éminemment sympathique, très attachant. Je n'ai pu faire que trois dédicaces n'ayant pas retrouvé mon livre sur Les enquêtes de Monsieur Proust, ni celui d'Aÿmati. Je n'aurais pas pu avec Constellation l'ayant, celui-ci, acquis en numérique, mais surtout parce qu'Adrian Bosc n'a pas pu venir, je n'ai pas de regrets sur ce point autre que le fait de son absence à cette remise de prix.
L'ensemble des candidats. Animation Philippe Lefait

Cette expérience n'a pas perdu de son intérêt et j'aimerais participer à la prochaine ! J'ai plein d'autres photos mais ne peux tout mettre. Je vous invite à participer à ce prix et à venir à la cérémonie, notamment les jeunes (moins de 30 ans absents) et les hommes (moins de 5% du public).

J'ai pu échanger avec Mathias Menegoz et il m'a confirmé, entre autre, l'influence du Château des Carpathes, roman gothique de Jules Verne. Pierre Demarty a convenu que l'achat du revolver n'était pas très crédible mais que cela n'avait pas beaucoup d'importance, j'en conviens, mais il m'a fait une dédicace spéciale à ce propos (merci !!). Merci à la longue dédicace de Miguel Bonnefoy qui m'a enchanté par sa gouaille, son accent espagnol et sa passion.

Note : AAAA





mercredi 10 juin 2015

Pandémia de Franck Thilliez

Mauvais signe ...
Pandémia de Franck Thilliez (fleuveboir, 645 pages, 2015)

Incipit :
Le premier son qu'entendit Gabriel fut le cliquetis de la chaîne menottée à sa cheville gauche.
La douleur sous son crâne était abominable.

Suite d'Angor et après une courte nouvelle, pour le lancement de Pandémia, le dernier Franck Thilliez est en tête de gondole.

Des animaux sont retrouvés morts. Après analyse il s'agirait d'un virus comme le H1N1. Troublant. Encore plus lorsqu'est retrouvée une famille décimée ... Inutile d'en dire plus, le suspense démarre dès le début pour ne plus vous lâcher.

Ce que j'aime chez lui c'est d'intégrer l'actualité, les villes fermées, les virus informatiques, le web profond,  les dérèglements climatiques, l'écologie etc. Il se trouve que cela fait écho, involontairement, à Ebola (2014) et bien sûr à la grippe aviaire.

Cela m'a rappelé Inferno de Dan Brown, le James Bond Moonraker ou encore La Mort Blanche de Franck Herbert. Bien sûr Franck Thilliez crée une histoire différente et avec son style coup de poing qui sied à merveille à l'histoire menée tambour battant. En plus on peut gagner (carte à l'intérieur) une visite de l'Institut Pasteur. Sérieux ? whoua j'aimerais bien !!!

Il dit à la fin qu'il en a commencé un autre ...  je me demande bien sur quel sujet cette fois car là il y va fort ! En tout cas j'ai attrapé le virus Thilliez, aaaatttTTTChhhâââ, pardon ..

Note : AAA

dimanche 7 juin 2015

Avant Pandemia Le Grand Voyage de Franck Thilliez

Freeware
Avant Pandemia Le Grand Voyage de Franck Thilliez (Kindle, 25 pages, 2015)

Incipit :
Une carabine Remington Dakota dans les mains, Peter Anderson s'était réfugié au fond de son salon, au cœur du Maine, États-Unis. La première grande ville, Old Town, se situait à une cinquantaine de kilomètres.

Une bonne idée pour lancer un livre : écrire une courte nouvelle comme préquelle. Je suis tombé dessus par hasard, déjà j'ai appris par le magazine Lire, quatre jours avant la parution effective, qu'il allait y avoir un nouveau F. Thilliez. Cool. Puis en cherchant sur le net des commentaires éventuels, je me suis aperçu qu'il y avait une préquelle sur Amazon (la FNAC aussi semble-t-il). Que je viens de lire après avoir acheté Pandemia samedi à la librairie de Beaugency.

Alors si vous êtes tenté par Pandemia, profitez de cette nouvelle, elle est offerte !!!

Note : AAA


Triple by Ken Follett

Mettez m'en un double !
Triple by Ken Follett (Harbor House, 516 pages, 1979)

Incipit :
There was a time, just once, when they were all together.
They met many years ago, when they were young, before all this happened; but the meeting cast shadows far accross the decades.

Toujours dans sa série espionnage que j'ai débutée avec Eye of the needle. A nouveau l'auteur s'inspire d'un fait réel et brode une histoire haletante et prenante, romancée à souhait mais avec un sens du récit emballant.
La version française


Trois personnes de trois nationalités différentes se sont connues à Oxford. Elles se retrouvent bien plus tard dans les années 60 dans un contexte complètement différent, où la géopolitique a un rôle majeur. Un jeu du chat et de la souris plein de rebondissements, prenant et distrayant. Dans les tensions entre la Palestine et Israël et le rôle que peut jouer l'obtention d'une bombe atomique. Si en plus la Russie s'en même ... C'est chaud. L'auteur n'oublie pas les ingrédients du succès dont une histoire d'amour contrariée.

Note : AAA

Rencontre avec Sophie Van Der Linden

Animation par Catherine à la Médiathèque La Pléiade
Rencontre avec Sophie Van Der Linden (Médiathèque de Beaugency)

Le 23 mai a été organisé une rencontre avec Sophie Van Der Linden. Il y avait beaucoup de monde du Club de  Lecture (et de la médiathèque) mais malheureusement peu d'autres personnes et c'est regrettable.

Ce fut très instructif, comme à chaque rencontre avec un auteur. Les raisons des choix des sujets, les difficultés ou pas de se faire éditer, l'écriture, les inspirations. Cela éclaire parfois des aspects qu'on ne soupçonnait pas. Et c'est aussi l'occasion de découvrir une personnalité. Sur ce point, Sophie Van Der Linden est attachante, intéressante et très agréable. Nous avons appris au passage qu'un troisième ouvrage était prêt et, entre autre, que le titre était pris d'un poème de Keats. J'ai acheté un livre de ses poésies mais bon je ne vais pas me leurrer, pour trouver le titre, c'est râpé.

Séance de dédicace
Cela a bien duré deux heures et tout le monde était content !

Je ne peux que vous inviter à participer à ce type de rencontre ...

J'ai pu faire dédicacer L'incertitude de l'aube. Quant à La Fabrique du monde cela avait déjà été fait le jour de la remise du prix Roblès l'an passé.

Expérience à renouveler. Merci à la Médiathèque La Pléiade de Beaugency qui, à chaque fois, prépare et organise parfaitement ce type d'évènement.

Signature Audrey Gaillard à la Librairie Papeterie des Halles de Beaugency

Signature à la plume, la classe !
Signature Audrey Gaillard à la Librairie Papeterie  des Halles de Beaugency pour son livre Ventre vide.

Hier samedi 6 juin j'ai eu la surprise de rencontrer Audrey qui signait son livre ! Comme quoi aller dans une librairie augure quelque chose qu'une librairie en ligne n'est pas capable d'offrir !

Nous avons eu le droit à une belle dédicace ! Soutenez la librairie des Halles !

Une auteure à découvrir !!

Son recueil de nouvelles

J'étais venu acheter Vernon Subutex II (trop tôt) et finalement suis reparti avec Ventre vide et le dernier Franck Thilliez : Pandemia.

Comme quoi le hasard fait bien les choses !