mercredi 27 juillet 2016

Les 30 notions de la psychologie de Jacques Lecomte

Lecomte est bon !
Les 30 notions de la psychologie de Jacques Lecomte (Dunod, 162 pages, 2013)

Incipit :
Qu'est-ce que la psychologie ? Que sont les psychologues et que font-ils ? C'est à ces questions que cet ouvrage s'efforce de répondre.
Et tout d'abord, faut-il parler de la psychologie ou des psychologies ?
Un excellent ouvrage qui, sous forme de fiche, explore les différentes facettes de la psychologie, ou des psychologies (de la personnalité, du sport, de la politique, systémique, humaniste, légale, sociale, de l'éducation etc).

Il s'agit d'un ouvrage sur les notions, donc d'introduction. Idéal pour commencer, avec des fondamentaux, des synthèses efficaces qui rappellent les enjeux, les clivages, et surtout qui met en perspective, offrant autant que possible le fruit des dernières recherches dans le sujet concerné (et remettant en cause parfois d'anciennes certitudes, par exemple avec Piaget). Cet ouvrage donne en plus une vue globale des différentes branches, de leurs interactions, des combats idéologiques, des points de vue exprimés. Déjà moi cela me plait d'avoir une vue générale avant de creuser tel ou tel sujet, et quand c'est aussi bien fait, je suis comblé. Beaucoup de références, de pistes d’approfondissement.  J'apprécie aussi la démarche méthodologique de l'auteur (ex fiche 12 sur la psychologie intégrative).

Un bon ouvrage pédagogique que je recommande pour les L1 psycho mais aussi tout citoyen qui souhaite se cultiver et avoir une meilleure compréhension du monde.  Ce livre m'a aussi fait réfléchir car plusieurs fois des découvertes majeures étaient présentées et j'ai la nette impression qu'elles ne sont pas toujours prises en compte (par les économistes, les politiques, les experts etc). D'ailleurs sur les experts il est savoureux de lire qu'en général ils se trompent sur leurs prédictions. Ce qui est plus prévisible est le fruit d'une pensée complexe rarement mise en avant par les médias.Quant aux économistes, c'est confirmé, cela repose sur beaucoup de n'importe quoi (main invisible du marché, jamais prouvée, comportements rationnels du consommateur, complètement faux et j'en passe), bien sûr c'est mieux d'avoir quelque chose d'approximatif que rien du tout mais cela relativise beaucoup les affirmations de certains (où l'idéologie l'emporte largement sur la science), je simplifie un peu mais c'est l'idée. Il n'y a évidemment pas tout (par exemple il y a l'Analyse Transactionnelle mais pas de PNL) mais tout de même pas mal de notions clés ou de faits étayés intéressants sont présentés. Notamment sur la psychologie du travail où clairement certains "managers" auraient à y puiser quelques concepts de base qui feraient du bien à tous (oui je pense à mon boulot).

Cependant, une fois de plus, pour un ouvrage pédagogique, pas d'index (noms, concepts, mots-clé) ! Vous voulez retrouver le mot stratium (p. 84) ? le cas Phinéas Cage (p. 143) ? L'hypothèse Sapir-Whorf (p. 125) ? le terme proxémie (p. 81) ? Le terme désistance (p. 132) ? le concept de la justice restauratrice (p. 147) ? ben débrouillez vous ! Je trouve cela assez dommage, je ne puis que recommander au lecteur de construire cet index au fur et à mesure de la lecture, il y a suffisamment de pages blanches à la fin de l'ouvrage. Ou mieux de le faire en numérique et de le proposer en ligne (postez le en commentaire de ce blog) ! Je ne comprends toujours pas que, pour de tels ouvrages, un index ne soit pas proposé, cela se construit quasi automatiquement (par exemple LaTeX le fait !!!) il y a juste à tagger index le mot souhaité. On est au XXIème siècle bordel ! (mince mon syndrome de Tourette reviens ...)

Note : AAAAAAA

samedi 23 juillet 2016

Comment gérer les personnalités difficiles de François Lelord et Christope André

Comment gérer les personnalités difficiles de François Lelord et Christope André (Odile Jacob poche, 372 pages, 2000)

Incipit :
En tant que psychiatres et psychothérapeutes, nous sommes habitués à écouter nos patients nous confier les difficultés qu'ils éprouvent dans leur vie affective ou professionnelle. Or, que constatons-nous de plus en plus souvent ?

Une synthèse équilibrée des types de personnalité possible (Type A, obsessionnel, paranoïaque, dépendant, évitant, passive-agressive, narcissiques, schizoïde, histrionique, sadique etc.)

Livre grand public très bien construit, précis, bien articulé, avec de nombreux exemples, études de cas, possibilités d'adaptation pour échanger avec une personnalité difficile.

Ici ce sont les aspects dimensionnels de la personnalité (nous avons tous ces dimensions mais pas avec le curseur au même endroit) qui sont explorés. C'est pour cela qu'on se retrouve plus ou moins dans chacun des cas mais attention, pour être personnalité difficile il faut un comportement assez axés dans une (ou plusieurs) dimensions et que le comportement s'exprime dans les différents milieux (travail, famille, etc) sur une assez longue durée (en général la vie). Rien à voir avec un comportement temporaire lié à un contexte. C'est très bien précisé et cela plusieurs fois.

Le livre explique aussi assez bien à partir de quel degré un comportement devient difficile, pour soi et/ou les autres, ce qu'il est possible de faire pour soi ou pour l'autre, ce qui rend ce guide plein d'humanité, qui a un but constructif, thérapeutique.

Le livre donne des manières de s'adapter ou de présenter les choses vis à vie de telle ou telle personnalité difficile, il ne s'agit pas de se soumettre (vision passive-agressive du lecteur !) mais de s'adapter pour le bien de tous (vision généreuse et humaniste), changer l'autre est de toute façon assez illusoire, le mieux est de s'adapter soi, voire de se protéger. Pas de vision manichéenne ou sexiste, des hommes (dans une moindre proportion que les femmes) peuvent aussi être victime d'hystérie. Ce livre fait un effort pour moderniser les clichés qui ont pu être véhiculés et explique bien l'évolution des analyses.

Une excellente base des personnalités possibles et leurs tendances, accessible au plus grand nombre. Un très bon complément à des ouvrages plus théoriques, en tout cas une introduction parfaite pour débuter (idéal pour L1 psycho donc). Le seul bémol c'est le mixte des personnalités difficiles, traité à la fin, ce qui est peut être plus courant qu'une personnalité difficile "pure", et seulement en quelques pages. Par exemple pas clairement de chapitre consacré à la personnalité pervers-narcissique qui a pourtant une couverture assez étendue dans les livres grand public. Ce qui n'est pas gênant car on peut la retrouver et l'ouvrage donne suffisamment d'éléments pour ce faire.

Les exemples de personnalités difficiles pris dans la littérature ou le cinéma sont un plus, comme cela a été fait dans La répétition des scénarios de vie. Un bon ensemble de références à la fin de l'ouvrage, malheureusement un de plus sans index. Un livre que je recommande à tous, et je le dis en connaissance de cause, cela fait deux fois que je le lis. Et savoir décoder Soi et l'Autre ne peut qu'amener à une meilleur compréhension des relations interpersonnelles et les améliorer.

Note : AAAAA

No et moi de Delphine de Vigan

Hé Manu, tu descends ?
No et moi de Delphine de Vigan (Livre de Poche, 256 pages, 2009)

Incipit :
-- Mademoiselle Bertignac, je ne vois pas votre nom sur la liste des exposés.
 De loin Monsieur Martin m'observe, le sourcil levé, les mains posées sur son bureau. C'était compter sans son radar longue portée. J'espérais le sursis, c'est le flagrant délit.
Lou Bertignac, une fille à l'intelligence précoce, qui a deux ans scolaires d'avance, se retrouve à devoir faire un exposé sur les SDF. Elle venait juste de rencontrer dans une gare une SDF, No, fille de 18 ans. De cette obligation scolaire va naitre une relation d'une grande tendresse, mélange de détresse et d'un amour unique. Lou va-t-elle réussir de ses 13 ans et de son QI de 160 à modifier le réel emplie de drames et de destinées cassées ?

Au départ j'ai acheté ce livre pour ma fille car il est parmi la liste de lectures conseillées pour l'été de son futur Lycée. Plutôt positif que ce Lycée François Villon non seulement propose une telle liste mais organise un prix littéraire (Le Prix ... François Villon !).

Ma fille n'avait pas fini de le lire mais à acceptée de me le prêter. C'est pas gentil, ça ?

Un livre très touchant, qui parle avec beaucoup de talent de ce moment si particulier qu'est l'adolescence. Sans atermoiement ou pathos inutiles, un mélange d'émotions, de tendresse, d'amour, de drame, d'inquiétude, d'espoir, de réflexions. Des portraits psychologique plutôt bien faits (vu que j'ai bientôt fini Comment gérer les personnalités difficiles, article à venir, on reconnait quelques tendances). Une très belle histoire, idéale justement pour ceux et celles qui entrent en seconde, sur le passage au monde adulte. Excellent choix de la part du Lycée.

Note : AAAA

vendredi 22 juillet 2016

The Big Bang Theory A-Z by Amy Rickman

Amour, G33k et Beauté
The Big Bang Theory A-Z by Amy Rickman (John Blake Publishing Ltd, 288 pages, 2011)

Un petit guide qui suit les entrées de l'alphabet pour présenter les personnages (Amy, Penny, Sheldon, Wil Wheaton as himself, mais aussi les acteurs), des théories (par exemple Le chat de Schrödinger), la personne (l'astrophysicien David Saltzberg (1), PhD) qui conseille la série pour les aspects scientifiques (qui ne sont pas du tout farfelus), les auteurs (Bill Prady et Chuck Lorre), les Vanity Cards et plein d'anecdotes sur la série. Quelques détails sur l'échec du premier Pilot (qu'il est possible de voir sur la Toile) et surtout les aspects scientifiques (j'adore !). Le détail le plus amusant est la prédiction d'un défaut des toilettes de la NASA qui est vraiment apparu dans la station orbitale et dont Howard avait trouvé une solution de contournement. L'autre point intéressant est le souci du détail pour la réalisation du plateau, y compris des éléments qui ne pourront jamais apparaitre à l'écran. Certains accessoires qu'on ne peut pas rater, comme la double hélice ADN, coûtent très cher (4000 $ !!!), la Machine à explorer le temps (réplique du film éponyme) est à 50 000 $ !!! Suis pas prêt d'avoir cela dans mon salon ... (ouf de soulagement de mon épouse ...)

Un peu daté (2011) vu que la série en est à sa 9ème saison, mais toujours intéressant pour un fan (dont je fais partie ...). Et puis aussi pour pratiquer mon anglais. Luv ya guys !


Note : AAAA

(1) Le Blog scientifique derrière TBBT, malheureusement plus à jour

jeudi 21 juillet 2016

Mein Kampf : Histoire d'un livre d'Antoine Vitkine

Totem et Tabou
Mein Kampf : Histoire d'un livre d'Antoine Vitkine (J'ai Lu, 317 pages, 2014)

Incipit :
«Nom : Hitler. Prénom : Adolf. Profession : écrivain. » Tel est e métier que le chef du parti nazi déclare exercer à partir de 1925 sur les avis d'imposition adressés à l'administration fiscale allemande, que cette dernière, par-delà les temps, a pris soin de conserver.

Cela faisait un bout de temps que je souhaitais lire ce document. Surtout depuis le début de l'année où il y a eu polémique lorsque Mein Kampf est devenu libre de droit et que Fayard envisageait de l'éditer avec des commentaires. Les débats pour ou contre y allait de leurs arguments. Ce document, au travers l'histoire du livre même Mein Kampf, de sa genèse, sa diffusion à sa réception à notre époque dans différents pays, offre un bon panel de réflexions sur l’innocuité, avérée ou non, d'une édition officielle.

L'auteur replace dans son contexte la création de ce livre, l'importance de ses ventes au fil du temps, de la montée du nazisme, pendant la guerre, jusqu'à nos jours. Il rappelle à juste titre qu'il est possible d'acheter légalement Mein Kampf en France (il ne doit pas être en rayonnage, pas d'exposition). La partie très intéressante est l'après-guerre, notamment les historiens réputés qui n'avaient pas du tout pensé à évaluer qui l'avait lu ou pas en Allemagne. Personne, et cela dès le procès de Nuremberg ne voulait admettre l'avoir lu. Certes ce livre a été en grande partie imposé mais sur les 12 millions de livres diffusés rien qu'en Allemagne, le déni de l'avoir lu est remarquablement fort. Ce livre, Mein Kampf, fait encore polémique, c'est un objet complexe où tout le monde peut avoir un avis, mélange d'ignorance, d'a priori, de fantasmes, pour ne pas dire parfois de superstition. Les multiples éditions, parfois caviardées, parfois mal traduites, le contexte du nazisme, l'holocauste, ont rendu plus ou moins tabou le livre d'Hitler. Antoine Vitkine fait un travail salutaire pour décrire de multiples manières ce qu'il est possible d'en penser. Le plus inquiétant étant la destinée de ce livre au moyen orient, encore plus que dans les milieux d'extrême-droite. Étonnant également les commentaires d'américains sur Amazon.com, rappelés par Vitkine, dont un par un étudiant sortant de sciences politiques et ne trouvant pas Mein Kampf si antisémite que cela (!?!!!?) wahou, c'est à se demander s'il sait lire, si le livre a bien été correctement traduit, s'il a vraiment étudié les sciences politiques, voire s'il a un cerveau. D'un autre côté, quand on voit les soutiens au candidat d'extrême droite Donald Trump, et leurs avis (encore ce matin à la radio) tout est possible, on se dit que le populisme, le racisme, la bêtise, ont encore de l'avenir. Et que l'humanité n'a toujours rien appris.

Un livre salutaire (je parle bien sûr de celui de Vitkine) qui analyse les différents points de vue, les ambigüités de certains éditeurs (En particulier Sorlot des Nouvelles Éditions Latines), le rôle de la Bavière, détenteur des droits, les changements d'avis par des institutions comme la LICA/LICRA (pour les premiers il fallait lire Mein Kampf, pour les seconds le censurer), les filtres appliqués par certains lecteurs qui n'y voient que ce qui les arrangent (l’antisémitisme forcené), et surtout ceux qui ont un avis ... sans avoir lu une ligne du livre, et qui répètent comme des perroquets ce qu'on dit du livre (et on en dit des choses, tout et son contraire !). Vitkine montre aussi la difficulté de parler de cet objet si particulier, aux multiples facettes et relié à d'infinies digressions, qui peut, étonnamment, servir à des intérêts antagonistes. Vitkine ne répond pas à la question "pourquoi personne n'a-t-il rien vu venir alors que tout est écrit dans Mein Kampf" ? mais en donne une bonne idée. Oui il y en a qui ont vu clair dans le jeu d'Hitler (surtout Churchill) mais cela n'a pas pesé. Ce  document raconte encore bien plus de chose. Passionnant. Inquiétant. Éclairant.

Vitkine parle tout de même du Mythe du XXème siècle de Rosenberg, diffusé à plus d'un million d'exemplaire mais sans rentrer dans les détails, a-t-il été très lu ? liens avec Mein Kampf ? J'ai tout de même été surpris qu'il ne cite pas Alexis Carrel et son ouvrage L'Homme cet inconnu. Dans l'édition complète (1935) non remaniée des passages les plus polémiques, Carrel y dévoile son eugénisme et va jusqu'au gazage des êtres inutiles (oui vous avez bien lu, c'est discrètement en note de bas de page sur Wikipédia France et plus clairement indiqué sur Wikipédia Anglais). Cela aurait montré l'état d'esprit de l'époque (en France). Cela a-t-il eu une influence sur l'idéologie nazie et la solution finale ? Pure coïncidence l'histoire de Carrel et de son livre caviardé est rappelé dans une lecture récente, La répétition des scénarios de vie.

Note : AAAAA 




mercredi 20 juillet 2016

Le père des étoiles de Seb Piquet

Martine joue aux Lego (c)
Le père des étoiles de Seb Piquet (Dargaud, 192 pages, juin 2016)

Vous aimez Calvin &Hobbes ? Hé bien alors vous pourriez apprécier Le Père des Étoiles. On y retrouve l'art de capturer l'esprit de l'enfance. Il se distingue néanmoins sur plusieurs points de l'inégalable Calvin & Hobbes. Là le père fait partie intégrante de l'enfance  sous une forme humoristique d'une régression nostalgique.

Les quadras et quinquas ayant connu Goldorak apprécieront d'autant plus l'humour, car oui il n'y a pas de que Star Wars (Il y a même Princesse Peach !). Mathilde et son Papa sont assez adorables et certains gags sont très bien trouvé. Se déguste avec grand plaisir. Le plus amusant est que le père est parfois encore plus gamin que sa gamine, si cela est de l'ordre (Jedi) du possible. A la différence de Calvin & Hobbes, le père participe pleinement à l'imaginaire de sa fille, voire lui impose son imaginaire, ce qui crée, on peut s'en douter, quelques désappointements ou surprises assez délicieux. Étant papa, ce livre éveille quelques souvenirs et m'a donc particulièrement plu !

Note : AAA

dimanche 17 juillet 2016

La Répétition des scénarios de vie de Jean Cottraux

Sorry angel,
sorry so
La Répétition des scénarios de vie de Jean Cottraux (Poche Odile Jacob, 2003, 288 pages)

Incipit :
Chacun pourrait raconter sa vie comme un film, fait de scènes reconstruites par la mémoire, et le raconter à un auditeur de son choix. Un certain nombre de lieux ou de situations facilitent ces récits : les réunions entre amis, les salons de coiffure, la plage, les vacances ..., sans parler des tranches de vie que racontent à des oreilles anonymes ceux qui téléphonent dans les lieux publics.

Points forts :
  • Une bonne synthèse des personnalités possibles, en relation avec 9 dimensions et les comportements associés
  • Liens entre scénarios de vie et cinéma/littérature (Un peu comme Cinéphilo  d'Ollivier Pourriol mais ici la psychologie remplace la philosophie)
  • Utilité des scénarios de films dans une psychothérapie (soutien, aide à percevoir son scénario de vie, support d'échange avec le thérapeute)
  • Cas clinique, études de cas. Illustrations de la théorie.
  • Schémas clairs (modèles cognitifs de Beck, modèle de Cloninger etc)
  • Livre clair et passionnant, donne un bon aperçu des techniques, comme les TCC (Thérapies Comportementales et Cognitives)
  • Conseils divers et même les 7 étapes pour se "soigner" soi-même.
  • Table des matières détaillée

Points faibles :
  • Pas d'index des notions, ni des noms propres cités 
  • Encore un auteur qui écrit "looser" au lieu de "loser" (p. 240). Du verbe to lose (perdre), loser (un perdant), faite un effort nom de nom ! Aussi pénible que ceux qui confondent programmateur et programmeur
Pas trop conceptuel, idéal comme introduction, une bonne lecture d'été pour les L1 Psycho (Je dis cela car dans les forums de psycho il y a souvent la question "quoi lire pendant l'été avant la rentrée ?") . Un livre passionnant, bon complément d'autres lectures dans le domaine en créant des liens originaux avec la culture (cinéma).

Note : AAAA

Le Sculpteur de Scott McCloud

No Skultur !
Le Sculpteur de Scott McCloud (Rue de Sèvres, 2015, 485 pages)

L'histoire d'un personnage qui se cherche, cyclothymique, maniaco-dépressif, suicidaire, qui passe un contrat Faustien (Une vie raccourcie en échange d'un vœu exaucé) mais je n'ai pas vu l'intérêt pour la Mort, à part symboliser l'instinct de mort dans toute création ? Car dans Faust l'âme est volée par le Diable. La Mort n'est pas le Diable, et le prix à payer est bien différent. D'un autre côté le Temps va à l'encontre de tout artiste qui souhaite se réaliser et se dépasser. Mais la Mort n'est pas vraiment pressée. C'est peut-être le point faible de l'histoire. Je trouve d'ailleurs que la Mort, sous forme de l'oncle, ressemble à Stan Lee (hommage ?, clin d’œil ?, délire fantasmatique de ma part ?).

Je me suis laissé emporter par ce récit sur l'acte de création, sur l'imaginaire, avec les mains qui façonnent, qui créent, la sculpture étant le point central car c'est la vie du héro mais aussi la Vie au sens large.

Vient se glisser une histoire d'amour touchante avec une bipolaire, car la Vie c'est aussi l'Amour, puisqu'on engendre, on se reproduit, on laisse quelque chose pour les générations futures, bref que de points communs avec la sculpture !

Lu en une soirée car je ne pouvais pas le lâcher, ce qui, au delà de quelques remarques de fond, est plutôt signe d'une réussite. Le dessin est travaillée (angle, perspectives, ombrages, etc) et soutient un conte moderne, l'ensemble étant tout à fait honorable. Une belle découverte et un bon moment.

Note : AAAA

Les Terres Creuses, Tome 3 : NogegoN de Luc et François Schuiten

Palindrome story yrots emordnilaP
Les Terres Creuses, Tome 3 : NogegoN de Luc et François Schuiten (Les Humanoïdes associés, 1998, 66 pages)

J'étais de passage dans une bibliothèque, j'aime beaucoup la série Les cités obscures, et j'ai aperçu Schuiten (le nom sur la BD, pas la personne, oui dommage). J'avais 30 mn devant moi, banco ! Je n'ai pas fait attention qu'il s'agissait du tome 3 d'une série. Avouez que c'est pas clairement dit sur la couverture.

Toujours l'inventivité pour des architectures et des mondes originaux (cela rappelle Jack Vance). Amusant, dans cette histoire, il y a une force créatrice qui permet de sculpter le mouvement et justement je viens de terminer Le Sculpteur de Scott Mc Cloud (article à venir), coïncidence ? Je ne crois pas.

Le scénario va pas révolutionner le monde, mais j'aime particulièrement l'ambiance, un monde organisé différemment, avec sa culture, ses lois, ses codes et bien sûr son Art.

Note : AA

mercredi 13 juillet 2016

La psychanalyse décomplexée d'un collectif d'auteurs

Allongez-vous sur ce divan
La psychanalyse décomplexée d'un collectif d'auteurs (Larousse, 176 pages, 2016)

Incipit :
Théorie de l'esprit humain, la psychanalyse est une thérapie de la détresse mentale, un instrument de recherche ainsi qu'une profession. Un phénomène complexe, intellectuel, médical et sociologique.
Un guide graphique présentant la psychanalyse, un résumé de son histoire, de ses méthodes, de ses concepts sans éviter d'aborder quelques controverses.

En parlant de controverse, c'est assez vif. La psychanalyse une thérapie ? Il semble qu'apparemment ce n'est pas le cas pour tous les psychanalystes si on en croit le dossier sur les nouvelles psychothérapies (Sciences Humaines n° 283 juillet 2016). Mais il s'agit ici d'un guide assez général, introductif, sans être pour cela toujours très facile à appréhender. Globalement très instructif et j'aime particulièrement ce type d'ouvrage avec des illustrations partout.

Je suis un peu surpris sur l'étiologie de l'hystérie, présentée ici (p. 98) comme étant au sens strict un abus sexuel. Or, dans La Psychanalyse de Catherine Desprats-Péquignot (article à venir), page 16, dans la lettre historique à Fliess, Freud admet que ce n'est pas toujours un abus sexuel réel mais fantasmé. Le sens strict indiqué dans ce guide en prend un sacré coup, tout à coup. Et Biiiiiiimmmm, total destroy, dans ta face ! Houlà tendances agressives subites impulsives, cela sent le cas pathologique, vite mon mini DSM-5 (oui le complet est trop cher !).

Ici est présenté un besoin fondamental, l'attachement (p. 100), qu'on ne peut pas tout à fait mettre dans le besoin d'appartenance de la pyramide de Maslow. Cette dernière devrait être réactualisée dans les plus brefs délais. Que fait l'ONU ? Le FBI ? La NSA ? Le GIGN ? Naaaan je déconne. Mais intéressant cet attachement.

Ce n'est pas courant (voir Manuel Visuel de psychologie clinique et psychopathologie) mais là il y a un index. ce qui est très bien. Dès que j'en ai eu besoin, pour me rappeler, page 72, la signification de cathexis (indiquée page 54), ce mot n'y était tout simplement pas. Vous allez me dire que je chipote, pas faux, mais franchement, c'est quoi ce bordel ?

Puisque j'en suis à chipoter, il y a le mot hypocondrie. Ok, il y a un film dont le titre est Supercondriaque, et on pourrait penser que c'est assez courant. Bon, ok, c'est courant, n'en parlons plus. Mais je l'aurais bien défini. Et comme se fait-il que Pierre Janet, ne soit pas cité ? Pierre Janet, père de l'inconscient, si l'on en croit Jean Cottraux dans La répétition des scénarios de vie (article à venir) page 90 (Édition Odile Jacob). Ah, qu'il est bon de se la péter parfois.

Comme je le disais plus haut j'aime bien les concepts présentés avec des dessins partout. D'ailleurs c'est ici une traduction de l'anglais et dans cette langue il y a plein d'autres sujets traités de cette manière, comme la physique quantique, mais aussi Freud (Introducing Freud, a graphic guide), Lacan (Introducing Lacan), Jung (Introducing Jung, a graphic guide) etc. recommandé pour les L1 Psycho pour cet été car agréable à lire et permet de pratiquer aussi son anglais !!! Elle est pas belle la vie ???

Note : AAA


vendredi 8 juillet 2016

150 petites expériences de psychologie : Pour mieux comprendre nos semblables de Serge Ciccotti

Oh la belle salade de synapses !
150 petites expériences de psychologie : Pour mieux comprendre nos semblables de Serge Ciccotti (Dunod, 323 pages, 2004)

Incipit :
Les progrès réalisés par la psychologie scientifique depuis plusieurs décennies ont apportés un éclairage nouveau sur la façon dont nous nous comportons dans notre vie quotidienne.
Un recueil d'expériences (oui il y en a 150, vous êtes très forts), présentées en quelques pages, sur un ton humoristique, mais toujours avec des références très sérieuses. Avec un index des auteurs et des notions (bravo !!!).

Par exemple :
  • Êtes-vous plus intelligents que vos parents ?
  • Comment les magazines populaires font-ils pour fabriquer des tests de personnalité qui reflètent aussi bien ce que nous sommes ?
  • Faut-il croire les personnes qui disent ne pas aimer les homosexuels ?
  • Pourquoi est-ce que c'était mieux avant ? (l'effet de simple exposition)
  • Comment faire pour obtenir de gros pourboire ? 
  • etc.
Certaines études sont accessibles gratuitement en ligne, comme par exemple l'expérience 8, Failure to detect changes to people during a real-world interaction (Le PDF)de Simons et Levin. Il y a même la vidéo de l'expérience The Door study sur youtube. Je me suis beaucoup intéressé à l’illusionnisme et le cold reading où the Art of Misdirection (conférence TED d'Apollo Robbins) utilise en pratique ce type de recherche.

Un livre qui est d'un grand apport sur nos comportements de tous les jours et peut nous apprendre beaucoup. Excellent pour les étudiants L1 de psycho car à partir d'une question d'apparence légère il y a une vrai réflexion, et surtout une méthodologie parfois surprenante mise en œuvre (Exercice : essayer d'imaginer quelle méthodologie à mettre en place pour répondre à la question, puis lire ce que les psychologues ont mis en place), sans parler des conclusions qui ne le sont pas moins.

Note : AAAAA

Double Je de Franck Thilliez

Double Je, en quête de corps de Franck Thilliez (Fleuve éditions,  32 pages, 2016)

Incipit :
L'ombre s'arrête au milieu de la chambre, les bras le long du corps, un couteau à lame noire dans la main droite. Elle aimerait rester là, silencieuse, à regarder ce lit à travers ces dizaines, ces centaines de reflets renvoyés par les grands miroirs, à jouir de la situation.
Un démarrage sur les chapeaux de roues, bien saignant, qui sent la tripaille. Ahh qu'il est bon de se détendre parfois.

L'auteur s'amuse toujours autant, des jeux de mot avec le titre double je (qui rappelle double meurtre mais aussi double ... je ne peux dire la suite sans donner des indices qui nuirait à la surprise) mais aussi le sous-titre "En quête de corps" qui rappelle "enquête". Également le jeu de mot sur les noms propres (cela je l'ai deviné dès le paragraphe 12 car je confondais deux noms et il se trouve que j'arrive à lire facilement les anagrammes) et bien d'autres que je vous laisse découvrir.

Une nouvelle en forme de dépliant, comme les replis d'un cerveau dérangé, une originalité du format adapté à l'occasion, l'expo au Palais de Tokyo.

Comme souvent avec Thilliez, il y a l'utilisation de découvertes ou de nouvelles technologies (Ici des imprimantes 3D associées à l'Art contemporain), j'aime bien.

Bref une nouvelle intéressante, palpitante, bon c'est court (c'est une nouvelle donc pas de surprises), efficace, et puis pour un fan de Thilliez, indispensable, je dirais.

Note : AAA

Docteur Rorschach de Vaïnui De Castelbajac

Projection privée
 Docteur Rorschach de Vaïnui De Castelbajac (Delcourt, 96 pages, 2013)

Qui a dit que les psy n'avaient pas d'humour ? Qui a dit que les étudiants de L1 Psycho ne pourraient pas se détendrent pendant les congés d'été ? Personne ? C'est bien ce qu'il me semblait.

Une BD sympathique, format un gag par page, sur le thème de la psychopathologie, utilisant le nom de Rorschach (celui qui a conçu le test projectif éponyme) pour un Docteur recevant des patients et reprenant des pathologies connues pour les détourner avec humour, joie et bonne humeur. Une forme de psychothérapie par l'image (il y a bien la musicothérapie !) ce qui est d'autant plus pertinent en prenant le nom de Rorschach justement (*wink* *wink*).

Moins hilarant que l'incontournable Zaï Zaï Zaï Zaï mais avec un thème original dans cette étude de cas, précisément. N'hésitez pas à visiter le site de l'auteur !!! qui vaut le détour !!!!!

Note : AAA

dimanche 3 juillet 2016

Histoire de la Psychologie de Maurice Reuchlin

Sea, sex and sun
Histoire de la Psychologie QSJ? de Maurice Reuchlin (PUF, 126 pages, 1957 pour la première édition)

Dans certaines matières il est rare qu'on vous incite à en lire l'histoire (maths, informatique, jardinage, plomberie etc.). Mais en psycho on vous y incite, et c'est une bonne chose. La psychologie est une science jeune (fin XIXème) et a d'ores et déjà produit mainte ramifications. Mais plus important ce sont les raisons qui ont donné naissance à la psychologie expérimentale, sociale, pathologique, psychanalytique, etc. et parfois les points de vue différent sur une même branche en développement. C'est une histoire des sciences, de ses tâtonnements, de ses découvertes. Une bonne manière de découvrir la naissance des méthodologies, notamment de l'usage des statistiques ou même de modèles mathématiques, par exemple celui appliqués initialement à la communication (Shannon). Logique qu'il soit recommandé pour les étudiants de L1 Psycho ! Et ceux qui préparent ... donc une lecture attrayante pour l'été !

J'y ai appris (entre autre) un point très important en psychanalyse, cette dernière n'étant pas universelle, des psychologues et des anthropologues n'ayant pas pu révéler le complexe d’œdipe parmi des tribus dites primitives (car le rôle du chef n'est pas dévolu au père). Dingue, non ?

Un livre passionnant qui montre en peu de pages la démarche scientifique et ceux qui ont participé activement à la recherche.

Note : AAAA

samedi 2 juillet 2016

Psychologie clinique et psychopathologie de Bioy et Fouques

J'ai le cerveau lent
Manuel Visuel de psychologie clinique et psychopathologie d'Antoine Bioy et Damien Fouques (Dunod, 249 pages, 2016 3ème édition)

Un des manuels d'une série dédiée à la licence en psychologie. Une excellente introduction au sujet concerné, pagination aérée, lisible, accessible. On aimerait parfois plus de détails mais il faut voir cet ouvrage comme une bonne introduction. Les QCM et les cas pratiques sont très pratiques pour évaluer sa compréhension. Les conseils de lecture, les fiches synthèses, les liens web sont également un plus. Il est possible de trouver sur youtube ou sur des sites spécialisés (mais gratuit), les articles de recherche ou les expérimentations, à partir des informations de ce manuel.

J'aurais tout de même quelques conseils concernant ce type de guide d'étude :

  • Avoir des pages pour la prise de note (à la fin, avec des lignes pour pouvoir écrire droit)
  • Mettre en gras (voir en couleur) les noms propres, cela permettrait de plus facilement les retrouver dans une page ou dans le manuel. Avec éventuellement en note de bas de page quelques détails sur la personne
  • Ajouter un glossaire serait un plus appréciable. C'est vrai l'étudiant en psycho va s'acheter un dictionnaire de psychologie, ou pourra faire une recherche internet, mais le temps est précieux en étude et tout gain de temps est un plus
  • Mieux mettre en exergue les définitions : par un cadre, de la couleur ou autre
  • Parfois des mots spécialisés sont définis, parfois non. Ce serait bien de le faire pour tous les mots spécialisés (la marge n'est pas totalement exploitée, même s'il ne faut pas surcharger, il y avait des possibilités). Par exemple étiologie n'est pas clairement défini (ou alors pas dès qu'il est cité)
  • Ajouter un index !!!! Pas croyable il n'y en a pas. Pour retrouver quelque chose, bonne chance, perte de temps. Bien sûr l'étudiant prend des notes, fait un résumé, etc. mais franchement pas d'index dans ce type d'ouvrage, c'est pédagogiquement nul.
  • Le défaut des liens web est que certains sont cassés. 
  • Une nomenclature pour mieux repérer définitions, notions, points essentiels, père fondateur, point historique etc.
  • Corriger les coquilles (typo etc) assez nombreuses. 
  • Faire un effort pour les termes anglais : écrire looser avec deux 'o' (oui c'est loser) montre à quel point les français sont nuls en anglais.
  • Pour certains troubles avec une étude de cas serait un plus : qu'est-ce que concrètement cela signifie schizoïde par exemple
  • Peu de schéma illustratifs, moi j'ai une intelligence assez visuelle (mind-map etc) et là très peu de schéma.  Un schéma de la structure de la personnalité ? Où des liens entre ça/moi/surmoi et les mécanismes de défenses ? En plus cela aide à retenir car plusieurs manières de présenter l'information.
  • Des illustrations qui sont pour faire jolie c'est bien, mais si elles apportaient quelque chose en plus ce serait mieux, une plus-value pédagogique en somme
  • Une frise temporelle (pour marquer les dates découvertes, où se situe les personnages cités dans le temps comme Wundt etc)
 Sinon globalement un ouvrage assez intéressant, donne envie d'en savoir encore plus !!!

Note : AAAA

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano

Aller plus haut, aller plus loin, la la la
Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano (Eyrolles, 217 pages, 2015)

Incipit :
LES GOUTTES, DE PLUS EN PLUS GROSSES, s'écrasaient sur mon pare-brise. Les essuie-glaces grinçaient et moi, les mains crispées sur le volant, je grinçais tout autant intérieurement ... Bientôt, les trombes d'eau furent telles que, d'instinct, je levai le pied. Il ne manquait plus que j'aie un accident !

L'histoire de Camille qui un soir où elle a un problème de voiture, rencontre Claude, un routinologue. Camille ne va pas fort, se remet en question, a des soucis de relations professionnelles et familiales, son karma est abîmé, rien ne va plus. Intriguée par ce métier de routinologue elle décide de consulter Claude qui va l'accompagner vers une vie meilleure.

Un livre entre roman feel-good book à la Legardinier, et guide de coaching psycho-thérapeutique, où Camille va suivre des méthodes d'aide au développement personnel, le tout dans une histoire assez classique (trop), c'est tout de même bien fait, fluide, qui se lit bien, cela donne une idée des possibilités pour aller mieux en tout cas, et démontre l'intérêt d'avoir quelqu'un qui vous suit, autant dire quasiment un outil de vente pour l'auteur dont c'est le métier.

Un mélange réussit de guide et de roman sympathique. Cela manque tout de même d'enjeu dramatique ou de complexité.

Note : AAA

vendredi 1 juillet 2016

Psychose et névrose de Freud

You're talking to me ?
Névrose et Psychose de Sigmund Freud (Petite Biblio Payot, 93 pages, divers dates, mais 1923 pour la date d'origine de l'article principal, mais pourquoi je vous raconte tout ça ? franchement les dates, hein ...)

Vous allez rire, je vais étudier le programme L1 Psychologie. Ha, ha, mort de rire, n'est-ce pas ? Ce qui veut aussi dire moins de roman (haaaa on rigole moins là !) et plus de truc bizarres, et des nouveaux mots clés de recherche (hummm ça fait rêver sévère). Un blog pour les aventuriers de l'extrême en somme. Alors ce livre de Freud (enfin quelques articles seulement) peut faire partie des lectures conseillées quand on commence psycho. Peut-être pas dès le départ, mais je suis un peu fouillis comme garçon.

Il 'agit d'un recueil d'articles, avec une excellente préface (de Robert Neuburger). Au delà du bien fondé des hypothèses, ou que ce qui y est décrit est dépassé pour les psychanalystes modernes (en tout c'est ce que m'en a dit un ami, docteur en psychologie, excusez du peu), c'est surtout le plaisir de suivre les pensées de Freud, sa volonté d'expliquer, de modéliser, de chercher en somme, de découvrir un nouveau territoire. Et comme le rappelle si justement le préfacier, il a changé radicalement les mentalités des médecins de l'époque. Le recueil propose aussi un extrait du Président Schreber, cas de paranoïa, si c'est pas la fête avec tout ça ! Et puis il a de la gueule Freud, sur la couverture, non ? Oula c'est mon moi libidinal qui s'exprime, attends je vais te le refouler direct moi !

Note : AAA

La Bredoute de Fabcaro

Parce que vous le valez bien (c)
et même plus (c)
La Bredoute de Fabcaro (6 Pieds sous Terre Editions, 36 pages, 17 mars 2016))

C'est le deuxième ouvrage de Fabcaro que je lis après l'hilarant Zaï Zaï Zaï Zaï.C'est toujours aussi drôle, le catalogue de la Redoute, passé à la moulinette, qui, par caricature, démontre les travers langagiers utilisés par les spécialistes du marketing pour vous faire prendre votre vessie pour une lanterne (et vous brûler).

C'est très bien trouvé, un régal. J'ai retrouvé l'art de l'absurde de l'auteur, ou plutôt l'art de la vérité qui montre l'absurdité du monde. Ce mec est fabuleux. Faut que je le rencontre un jour !!!

Se lit comme un catalogue avec une bonne tranche de rigolade
en plus. Non, on ne peut pas commander, on le regretterais presque.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAA (tchoum, toujours)

Trilogie Meteors de Fred Duval et Philippe Ogaki

Maman t'es où ?
Meteors Tome 1 : Le règne digital, Tome 2 : Les néoquantiques, Tome 3 : La faille Karpov de Fred Duval et Philippe Ogaki (Delcourt, 60 pages, 2008 à 2010)

On dirait une ampoule 10W, non ?
De la science fiction que j'aime, un scénario plein de suspense, de bonnes idées, des personnages intéressants, une réflexion sur les intelligences artificielles et des conséquences possibles, un soap opéra moderne.

Attention je freine !
Cela se lit bien, la lutte entre les espèces humaines et numériques et bien menée, même l'idée de hiérarchie entre les I.A. (Les Turing et les néoquantiques) vaut le détour.

Mais voilà, un gros bémol. Je vous raconte, ces BD m'ont été prêtées, jusque là rien d'ébouriffant, j'arrive au troisième volume et je me dis "Mais pourquoi Emmanuel ne m'a donné que les trois premières ?", pas grave je bondis tel le puma en période prénuptiale sur la recherche en ligne de la suite ... qui n'existe pas. Sérieux ? WTF ? Hé oui il semble que cela s'arrête sur une fin dite "ouverte", d'où la trilogie du titre de cet article (spoiler alert, too late), et pour le dire en peu de mot, je suis pas très fan des fins dites "ouverte". Je dirais même que dans ce cas précis c'est pas loin de la nervous breakdown, s'arrêter en plein élan alors que je m'attendais à une saga style Valérian et Laureline, c'est douloureux (aïe, j'ai mal).

Pour l'évaluation, je suis mitigé (enfin, mon avis l'est), je ne peut pas mettre 5 'A', ni 1 seul. J'ai une idée, débrouillez vous ...